mardi 19 février 2019

Trois petits tours avec « L’Albatros » 6/20


Ce texte qui décrit l'activité de la médiathèque d'Armentières est constitué de 20 blocs de 1000 signes composés pour les 20 ans de l’ENSSIB (Ecole Nationale Supérieure des Sciences de l'Information et des Bibliothèques)Tours et détours en bibliothèque : carnet de voyage (2012)
6
2e visite le 18/02/2012. 11 heures, j'arrive. Suis
accueilli au comptoir de l’entrée par Keara qui me
guide à travers la médiathèque, du rayon adulte au
rayon jeunesse, des BD aux CD et autres DVD, de la
salle de presse à celle d’Internet, de la salle du
conte à l’auditorium... Je m'assieds sur un canapé
dans un endroit stratégique au rez-de-chaussée, au
pied d’une paroi avec vue sur l’entrée, le secteur
enfants, les rayons de BD, l’accès à l’étage. Muni
d’un bloc-note, j'utilise la contrainte oulipienne
de l’inventaire-description-épuisement de ce lieu.
Affiche Éloge de nos terres. Actualités. Panneaux.
Exposition de planches originales. Les auteurs des
BD seront reçus ici dans l’après-midi. Trois dames
assises lisant. J’apprends qu’il y a deux nouveaux
genres littéraires dans la bande dessinée : mangas
et romans graphiques. On cherche dans les étagères
en se penchant, en s’accroupissant ou à l’inverse,
en se hissant sur la pointe des pieds. Certains se
laissent choir, s’assoient sur la moquette, jambes
à suivre...



Libellés : , ,

posted by Lucien Suel at 07:10 0 comments

dimanche 17 février 2019

D'autres photos de la performance LSDéveloppement

Photos de Philo Lenglet (clic pour agrandir) à la Malterie le 9 février 2019
Pour cette performance, je lisais des extraits du roman "Sur la route" de Jack Kerouac et des poèmes extraits de mon recueil "Sur ma route". J"étais en compagnie de Mimosa qui improvisait à la guitare électrique et de Jean-Luc Caramelle qui interprétait une chorégraphie singulière en lien avec les textes.










Libellés : , , , , , , ,

posted by Lucien Suel at 09:57 2 comments

vendredi 15 février 2019

Poème express n° 755

posted by Lucien Suel at 07:46 3 comments

mercredi 13 février 2019

Trois petits tours avec « L’Albatros » 5/20


Ce texte qui décrit l'activité de la médiathèque d'Armentières est constitué de 20 blocs de 1000 signes composés pour les 20 ans de l’ENSSIB (Ecole Nationale Supérieure des Sciences de l'Information et des Bibliothèques)Tours et détours en bibliothèque : carnet de voyage (2012)


5
le passage, arpenteront un monde de papier, vivant
de chaque côté des allées de livres, entassés dans
des immeubles d’étagères, des casiers studios, des
bacs et des rayons peuplés d’ouvrages, des rangées
et des piles. Savoirs, rêves et délices accumulés.
NB. Écrivant lecteur, je pense lectrice. Elles ont
le nombre pour elles à défaut du genre grammatical
qui impose toujours ses règles chauvinistes. Sic !
Le contraste est manifeste entre l’architecture de
la médiathèque et celle des anciennes bâtisses qui
l’entourent (briques, ardoises, fenêtres étroites,
grilles). Jeune homme accroupi près des palissades
du chantier voisin. Panneau du lotissement à venir
« 25 maisons ». Arbres dénudés. Livraison d'arbres
de Noël par la municipalité. Bacs à fleurs en bois
colorés de blanc, terre de Sienne, vert printemps,
bleu clair. Terre vierge, prête à accueillir semis
ou plantations. Ouverture de la médiathèque par le
jeune bibliothécaire. Il tient le battant de porte
pour la dame à la poussette. Service qui commence.
à suivre...

Libellés : , ,

posted by Lucien Suel at 07:58 0 comments

lundi 11 février 2019

L.S.Développement - performance à la Malterie le 9 février 2019

Pour cette performance, je lisais des extraits du roman "Sur la route" de Jack Kerouac et des poèmes extraits de mon recueil "Sur ma route". J"étais en compagnie de Mimosa qui improvisait à la guitare électrique et de Jean-Luc Caramelle qui interprétait une chorégraphie singulière en lien avec les textes. Le public nombreux et attentif a chaleureusement applaudi.
Voici quelques photos (cliquez, c'est mieux !) témoignant de la soirée.
Photo de Bernard Esnault 
Lucien, touché par le feu du Saint Esprit de Kerouac !

Photo d'un des membres du collectif poétique Bizoubiz
Qui qu'on a vu à la malterie ! @LucienSuel 
Un vrai plaisir 😍 spectateurs chauds patate


Toutes les photos suivantes sont du photographiste Joaquim de Freitas
que nous remercions vivement








Libellés : , , , , , ,

posted by Lucien Suel at 21:22 2 comments

Trois petits tours avec « L’Albatros » 4/20


Ce texte qui décrit l'activité de la médiathèque d'Armentières est constitué de 20 blocs de 1000 signes composés pour les 20 ans de l’ENSSIB (Ecole Nationale Supérieure des Sciences de l'Information et des Bibliothèques)



4
l’agora, sur le trottoir en face, les silhouettes,
ombres issues de la caverne, se réfléchissent dans
la façade (mélange d’eau et de sable) : Cinéma REX
(latin retrouvé) désaffecté-abandonné-tagué. Grand
espace vacant. Une camionnette Emmaüs garée devant
l’auto-école. Tabac À la Civette. Banque Crédit du
Nord. Boulangerie fermée. Agence immobilière vide.
Un quartier en rénovation, des friches artisanales
et industrielles, des terrains vagues, témoignages
du passé. Espace dégagé devant le bâtiment. Ici ou
là, des bancs fixés au sol. Chat perché sur un des
blocs de pierre qui barre l’accès aux voitures. Le
regard plonge à l’intérieur de la médiathèque sans
entrave, à livre ouvert. Chassé-croisé de lumière.
La façade-image de la médiathèque montre à la fois
stabilité (clôtures, maisons, magasins, trottoirs)
et mouvement (autos, piétons, cyclistes, oiseaux),
comme si un film (décors et actions) était projeté
sur le bâtiment. La poétique du monde traverse les
parois. Les lecteurs-habitants franchiront bientôt



Libellés : , ,

posted by Lucien Suel at 08:54 0 comments

vendredi 8 février 2019

Poème express n° 754


L'Enfant et la mort
Edvard Munch (1899)
Remerciements à Zéo Zigzags (cf commentaires)

Libellés : , ,

posted by Lucien Suel at 07:02 5 comments

jeudi 7 février 2019

Trois petits tours avec « L’Albatros » 3/20


Ce texte qui décrit l'activité de la médiathèque d'Armentières est constitué de 20 blocs de 1000 signes composés pour les 20 ans de l’ENSSIB (Ecole Nationale Supérieure des Sciences de l'Information et des Bibliothèques)

précieux. Je la regarde, saveur chocolatée dans la
bouche. Livres protégés par une pellicule argentée
comme ce Dali édité par Draeger au Soleil Noir qui
ressemble à une boîte de chocolats fins. Ici, près
de la Belgique, vue de l’extérieur, la médiathèque
pourrait m’évoquer une boîte de Léonidas, mais les
parois en verre transparent me rappellent au réel.
Loin de ressembler à l’oiseau entier, cet albatros
se résume à une vaste aile protectrice étendue au-
dessus des richesses de la médiathèque et des gens
qui s’y rassemblent, abonnés, employés et invités.
Le bord de l’aile, surplombant l’entrée, abrite de
la pluie les usagers qui attendent l’ouverture des
portes coulissantes. Médiathèque = Service public.
La file d’attente se mire dans les parois. Reflets
de reflets. Images de l’extérieur en surimposition
parmi les rayons de livres, caressant les dos, les
tranches. Ce n’est pas un film protecteur virtuel.
On a réellement l’impression que la cité se trouve
à l’intérieur de la bibliothèque. Du côté opposé à
                                                                                                                                    à suivre...

Libellés : , ,

posted by Lucien Suel at 07:05 0 comments

lundi 4 février 2019

Trois petits tours avec « L’Albatros » 2/20


Ce texte qui décrit l'activité de la médiathèque d'Armentières est constitué de 20 blocs de 1000 signes composés pour les 20 ans de l’ENSSIB (Ecole Nationale Supérieure des Sciences de l'Information et des Bibliothèques)

la médiathèque. Guillaume Coustenoble, responsable
du secteur adultes était venu m'interviewer. Vidéo
diffusée à L’Albatros en septembre 2009. Guillaume
et son adjointe Keara Berger, du rayon fiction, se
joignirent à moi pour lire quelques extraits de La
Patience de Mauricette lors de la fête organisée à
l’hôpital pour la présentation du livre au public.
Exactement deux ans après, me voici de retour pour
un nouveau motif, travail sur la médiathèque même.
1ère visite à L’Albatros, 30/11/2011. Je rencontre
sur rendez-vous, Sandrine Vansteelant, directrice,
Tatiana Dumont, coordinatrice des actions Culture.
Devant un café, je leur parle du projet « Tours et
et détours en bibliothèque ». Je viendrai observer
le lieu, voir ce qui s’y vit, ce qui s’y passe, en
février. Et je propose aussi de m’intégrer à titre
gracieux dans la programmation des rencontres avec
les auteurs à l’occasion de la sortie de mon roman
Blanche étincelle. Nous fixons la date du 7 avril.
L’Albatros et sa couverture d’inox comme un papier
                                                                                                             à suivre...


Libellés : , ,

posted by Lucien Suel at 09:08 0 comments

vendredi 1 février 2019

Poème express n° 753

posted by Lucien Suel at 07:52 6 comments

jeudi 31 janvier 2019

Trois petits tours avec « L’Albatros » 1/20


Ce texte qui décrit l'activité de la médiathèque d'Armentières est constitué de 20 blocs de 1000 signes composés pour les 20 ans de l’ENSSIB (Ecole Nationale Supérieure des Sciences de l'Information et des Bibliothèques)
1
Les livres et les lieux où je peux en choisir sont
à mes yeux, aussi nécessaires à la vie, que frites
et bière, friteries et brasseries, air et eau, mer
et ciel, jardin et maison, amour, chaleur, travail
et connaissance. Une consommation sans modération.
Albatros. Oiseau de la famille des diomédéidés. Il
est, dans « Spleen et idéal », la triste métaphore
du poète, au début du recueil Les fleurs du mal de
Charles Baudelaire. L’Albatros est aussi le nom de
la médiathèque d’Armentières. Est-ce à cause de la
forme architecturale du bâtiment ou pour saluer le
poème, le poète, la poésie que ce nom fut choisi ?
J’étais venu ici, incognito, visite clandestine en
2008 pendant ma résidence d’auteur au G18, secteur
de psychiatrie générale, à l’EPSM Lille Métropole.
Un personnage de mon roman en cours fréquentait la
médiathèque d’Armentières. Repérages. Impressionné
par volume des lieux et silence « cathédralesque »
ambiant. La sortie du roman donna l’occasion d’une
entente entre l’hôpital, l’éditeur, le libraire et

à suivre...


Libellés : , ,

posted by Lucien Suel at 16:32 0 comments

lundi 28 janvier 2019

Un poème de Jean-Pierre Bobillot (8/8)


la mort qui est dans la vie & la vie qui est dans la mort aussi

(phraguements)


Je pense à ma propre mort & je pense que je ne parviens pas & que je ne parviendrai probablement jamais à la. penser (à la Pensée ?)
Je pense qu'il en est exactement de même de ma naissance
Je pense que ma mort & ma naissance sont précisément cet Impensable qui, valant la peine d'être pensé, fonde (& déborde) ma pensée (ma pensée !)
Je pense que tout cela n'a guère d'importance en ce qui me concerne en parti­culier mais beaucoup en général À moins que ce ne soit l'inverse
Je pense que je suis vraiment très civilisé ! Je pense que les écrits ne sont rien face aux actes Je pense que les actes ne sont rien sans les écrits.
in TXT 32 le retour, éditions NOUS, 2018





posted by Lucien Suel at 08:02 0 comments

vendredi 25 janvier 2019

Poème express n° 752

posted by Lucien Suel at 08:54 3 comments

mercredi 23 janvier 2019

Un poème de Jean-Pierre Bobillot (7/8)


la mort qui est dans la vie & la vie qui est dans la mort aussi

(phraguements)


Je pense que demain je penserai probablement le contraire Je pense que ce n'est pas une raison
Je pense qu'il n'y a que l'Improbable qui vaille la peine d'être pensé ou mieux : Je pense qu'il n'y a que l'Impensable qui soit probant & donc, qui vaille la peine d'être pensé (écrit)
Je pense qu'il n'y a que la pensée de l'Impensable qui vaille la peine d'être écrite Je pense qu'à l'instant même en écrivant ces derniers mots qui ne resteront pas longtemps les derniers je pense probablement le contraire Je pense que ce n'est pas une raison Je pense que c'est la raison (la Raison ?)
Je pense qu'il restera bien peu de choses de tout ça & que c'est la raison même de le penser & que ce n’est pas une raison pour ne pas l'écrire Je pense qu'il faut maintenant écrire comme si chaque mot qui est toujours le dernier était le dernier écho ou l'ultime éclat d'une civilisation immémoriale & oublieuse & pour cela bientôt oubliée
Je pense à celui (ou celle) qui un jour peut-être dans une autre civilisation lira ces derniers mots qui seront peut-être pour elle (ou pour lui) les premiers : ce peu d'être...
Je pense que je ne sais pas ce qu'il (ou elle) en pensera Je pense que je ne sais pas ce qu'elle (ou il) pensera Je pense que je ne sais pas ce que pour lui (ou elle) sera la Pensée Je pense que je ne sais pas ce qui pour elle (ou pour lui) sera l'Impensé: ce trop d'être... ce trou d'être ?...
Je pense qu'on me passera difficilement ces quelques phrases Je pense (que) Je pense Je Je pense qu'il vaudrait mieux quelquefois ne
Je pense qu'écrire, c'est tout ou rien Je pense que l'Infini, c'est tout ou rien Je pense qu'on pourrait écrire aussi : tout rien...


Libellés : ,

posted by Lucien Suel at 08:25 0 comments

lundi 21 janvier 2019

Un poème de Jean-Pierre Bobillot (6/8)


la mort qui est dans la vie & la vie qui est dans la mort aussi

(phraguements)


Je pense au vertige Je pense à ce vertige : l'Infini qui me cerne (me déborde) & qui me pénètre Qui me fait n'être ?
Je pense à ce trouble infini qui est encore plus trouble & plus infini que le double Infini de Pascal qui est déjà assez trouble comme ça
Je pense que demain je penserai peut-être le contraire Je pense à ce jeu de mots (qui me plaît assez) : peu-d'être...
Je pense qu'il y a encore bien trop de lyrisme petit-bourgeois dans tout ça Je pense que demain je penserai peut-être le contraire de ce que je pense aujourd'hui & que cela me paraît aujourd'hui improbable Improbable mais point impensable Et probant
Je pense que Montaigne l'a déjà fort bien dit longtemps avant moi Je pense que ce n'est pas une raison

Libellés : ,

posted by Lucien Suel at 08:13 0 comments

vendredi 18 janvier 2019

Poème express n° 751

posted by Lucien Suel at 08:17 3 comments

mercredi 16 janvier 2019

Un poème de Jean-Pierre Bobillot (5/8)


la mort qui est dans la vie & la vie qui est dans la mort aussi
(phraguements)

Je pense à ce vertige : chaque mot qui s'ajoute à un autre À tous les autres (trop ? ou jamais assez...)
Je pense à ce vertige : penser à tous les mots auxquels s'ajoute celui que je suis en train d'écrire (de penser)
Je pense au vertige qui ici & maintenant s'ouvre sous le moindre de mes pas & de mes mots Je pense que demain peut-être ou tout à l'heure ou même dans un instant tout cela sera irrémédiablement emporté
Je pense qu'il est dérisoire que je pense Je pense qu'il est plus dérisoire encore que j'écrive (que) je pense Je pense qu'il est à peine moins dérisoire que j'écrive (qu')il est dérisoire que je pense
Je pense qu'il n'est pas dérisoire qu'il y ait de la Pensée

Libellés : ,

posted by Lucien Suel at 07:46 0 comments

lundi 14 janvier 2019

Un poème de Jean-Pierre Bobillot (4/8)


la mort qui est dans la vie & la vie qui est dans la mort aussi

(phraguements)


MORT ! qui viens de « moR-dre la pomme » c'est hélinand
je voudrais pas creVer c'est boris vian
ce mortel ennui c'est gainsbourg
une « belle mort » c'est pouR les viVants
la « petite mort » aussi
comm'une petite morte c'est nina
« eros thanatos », touça... tout l'monde sait ça
faulX commune fosse commune lieux communs
toul'monde est seul dans son linceul
toul'monde a peuR toul'temps ;
& toul'monde sent fou ou faiX sang blanc il faut être toujours iVre
pouR ne pas sentiR l'horrible fardeau du TEMPS c'est baudelaire encore
« mort subite » c'est une gueuZe
celui qui boit de la gueuZe c'est l'abbé petltjean

Libellés : ,

posted by Lucien Suel at 07:52 0 comments

vendredi 11 janvier 2019

Poème express n° 749

posted by Lucien Suel at 07:45 4 comments

mercredi 9 janvier 2019

Un poème de Jean-Pierre Bobillot (3/8)


la mort qui est dans la vie & la vie qui est dans la mort aussi
(phraguements)


y a-t-il une vie aVant la mort ça c'est une vraie question
y a-t-il une mort aVant la mort aussi (ça va sans dire)
le mort saisit le vif c'est une eXpression mais qu'est-c'que ça veut dire au juste ?
la morte amoureuse c'est théophile gautier
la mort amoureuse c'est maria casarès (dans orphée)
le mort c'est pas seulement au bridge
la place du mort c'est pas seulement à côté du conducteuR
le véritable collaborateuR c'est la mort c'est céline qui dit ça
« mort naturelle... d'ailleurs, tout'mort est naturelle ! » c'est viCToR francen iVre-
&. c'est dans la cité de l'indicible peuR...

Libellés : ,

posted by Lucien Suel at 08:07 0 comments

lundi 7 janvier 2019

Un poème de Jean-Pierre Bobillot (2/8)


la mort qui est dans la vie & la vie qui est dans la mort aussi
(phraguements)

aujourd'hui maman est morte c'est l'étranger
ce qui me tue dans la vie c'est la mort c'est le concombre masqué
ce qui me tue dans la vie c'est la mort, oui
cette vieille histoire de morts-vivants c'est pouR ça, non ?
& ces histoires de religion aussi, hein ? & de philosophie ?
que philosopher c'est apprendre à mouriR c'est montaigne
ceux qui vont mouriR te saluent ! c'est les gladiateurs
mort au champ d'honneuR c'est un euphémisme
et rapprocher le plus possible la vie de la mort c'est le quart d'heure de cul­ture métaphysique

Libellés : ,

posted by Lucien Suel at 07:42 0 comments

vendredi 4 janvier 2019

Poème express n° 748

posted by Lucien Suel at 07:34 4 comments

mercredi 2 janvier 2019

Un poème de Jean-Pierre Bobillot (1/8)


la mort qui est dans la vie & la vie qui est dans la mort aussi
(phraguements)

mort de quelqu'un c'est jules romains
la mort en ce jardin c'est bunuel
mort d'un jardinier c'est lucien suel
petit mort pour rire c'est tristan corbière
la mort des amants c'est baudelaire
la mort du loup c'est vigny
la mort de l'auteuR c'est barthes
la mort de l'auteuR c'est la naissance du lecteur c'est un peu vite dit, non ?
la dispaRition élocutoiRe du poëte c'est mallarmé
la pResque dispaRition vibRatoiRe d'un fait de nature aussi
« après que les poèt's... ont dispaRu... » c'est trénet
le dormeuR du val... mort! (& bientôt ressuscité...) c'est rimbaud
le dormeuR du val viVant (... & bientôt mort !) c'est sanseverino
« quand il est mort le poèèète » c'est gilbert bécaud
«puisque le clown est mooooort » c'est giani esposito
le cheValier jouant aux échecs avec la mort c'est le septième sceau
le masque de la mort rouge c'est EDGAR poe
« ell'ne va pas me claquer entre les doigts la garce » c'est brigitte fontaine-
& c'est dans cooooomm à-laaaaaaa radiooooooo...


Libellés : ,

posted by Lucien Suel at 07:41 2 comments