mercredi 10 février 2016

Les dérivées (54-55)


54
bonjour chez
vous/salut à
tout le pays
les hommages
du vidangeur
du pic-vert/
de la limace
du joueur de
baby-foot et
du poulpe/le
grand Pan se
met au vert/
55
trou dans le
mille/satyre
envoyé parmi
les arbres &
pour l'éveil
des sens aux
gras parfums
faire mouche
l'image d'un
photomaton à
la main/hop/
droit au but

Libellés : , , , ,

posted by Lucien Suel at 07:00 0 comments

mardi 9 février 2016

C’est le matin que l’on grandit (25)


Entre les tempes du matin résonnent les spasmes des réveils de la nuit, tandis que là-bas, dans la rosée luisante, le foin encore attendri reste couché.
Cédric Bernard

Libellés : , ,

posted by Lucien Suel at 07:42 0 comments

lundi 8 février 2016

Les tweets en 140 signes de Cadoucadou (3)


Pour la seconde année, je participe au projet "Twittérature" mené conjointement par La Bibliothèque départementale de Loire-Atlantique et la Maison de la Poésie de Nantes.
En février-mars, quatre classes de collèges créent un compte Twitter pour publier leurs twooshes (tweets parfaits de 140 signes).
J'ai le plaisir de vous présenter la troisième série réalisée par des élèves de 3ème du collège René-Guy Cadou à Ancenis.
Vous pouvez suivre leur travail ici ou avec le hashtag #44Suel
  

Des mots, des phrases, des rimes, des punchlines. Tous a cappella montrant les voix des rappeurs, le public qui crie : Rap Contenders !#44Suel

j’ai vu le temps s’effacer se consumer je ne pus le rattraper c'est trop tard j'aurais dû continuer à avancer et non tout abandonner #44Suel

Voyager c'est cool. On découvre des nouveaux paysages, des nouveaux horizons, des nouvelles terres, des nouveaux climats plus chauds.#44suel

La vie est un long fleuve tranquille, mais elle a ses imprévus, joyeux ou non, importants ou inutiles. Il faut la vivre paisiblement.#44suel

Le Handball. Ailier, arrière, demi-centre, pivot, gardien. Attaque, défense, contre-attaque. Tous courent dans le même but : gagner !#44Suel

La course va commencer, le décompte est lancé, les athlètes sont échauffés, la course est lancée, les athlètes se sont élancés. Go ! #44Suel

Partout sur terre, l'homme aime la musique, quelle que soit sa culture, quel que soit son âge. Vive la musique qui est universelle ! #44suel

Il commence à danser il reste debout il n'ira pas se coucher il veut faire la fête toute la nuit aussi il ne s’arrêtera pas à minuit #44Suel

L'homme rencontre des personnes qu'il aime ou non, les aide si elles ont besoin, les soigne. L'homme les écoute. Vive la fraternité !#44suel

Nous nous éveillons, cherchons un travail, allons travailler, gagnons de l'argent pour nous payer des choses. Choses parfois futiles.#44Suel

L'homme bêche la terre, plante des carottes et arrache des patates partout dans le monde, comme ses ancêtres le faisaient avant lui. #44suel

Esprit vagabond, esprit vaillant, esprit vengeur, esprit vif, esprit virevoltant. L'esprit emporté par les vicissitudes de la vie... #44Suel
 
Je lève mes pieds, je saute, j'attaque, je redescends, l’adrénaline, l'espérance enfantine, la souffrance, le volley et ses émotions.#44Suel

Les voyages sont étonnants, ils nous font rêver, ils nous font espérer qu'il y ait un monde meilleur quelque part là sous nos pieds. #44Suel

voyageur vagabond cherche voyage en avion vers ville vivant des voyages de voyageurs vagabonds venus des Yvelines ou du Var en wagon #44Suel

Libellés : ,

posted by Lucien Suel at 09:56 0 comments

Collage instantané n° 451

posted by Lucien Suel at 07:23 0 comments

samedi 6 février 2016

C’est le matin que l’on grandit (24)


Il est pour beaucoup insupportable
il est pour beaucoup insupportable
et pourtant
il est si facile
à porter
facile
le silence
Cédric Bernard

Libellés : , ,

posted by Lucien Suel at 06:45 1 comments

vendredi 5 février 2016

Les tweets en 140 signes de 3DRostand (1)


Pour la seconde année, je participe au projet "Twittérature" mené conjointement par La Bibliothèque départementale de Loire-Atlantique et la Maison de la Poésie de Nantes.
En février-mars, quatre classes de collège créent un compte Twitter pour publier leurs twooshes (tweets parfaits de 140 signes).
J'ai le plaisir de vous présenter la première série réalisée par les élèves de 3ème D du collège Rostand à Orvault. Ils ont écrit sur le thème du collège territoire inconnu.
Vous pouvez suivre leur travail ici ou avec le hashtag #44Suel
 



L'avenir, notre futur se décide dans ce lieu - savoir s'il sera fait de bonheur ou de malheur. Tout dépend de nous et de nous-mêmes. #44Suel



Cinéma, salles, sièges, noir, films, bandes-annonces. Amis, famille. Places, tickets. Pop-corn, boissons... Hall, personnes, bruits. #44Suel



Ton carnet, rangez-vous, tu passeras en dernier, sortez du travail, taisez-vous : Mots préférés de ceux qui nous compliquent la vie. #44Suel



Papier. Livre. Roman. Page. Paragraphe. Phrase. Mot. Syllabe. Lettre. Caractère. Du plus vague au plus précis tout se trouve au CDI. #44Suel



Le petit Robert, le dictionnaire. 60000 mots, 300000 sens, étymologie, illustrations, synonymes, contraires, analogies, expressions. #44Suel



Oasis, fruits, bananes, mûres, fraises, framboises, oranges, fraîcheur, boissons, relaxant. Goût orange... ! Be tropical, be fruit ! #44Suel



Je t'aime mais tu ne le vois pas. Parfois tu es si proche mais aussi si loin de moi. Je devrais te demander ce que tu ressens. Aime. #44Suel



Couloir, silence. Deux secondes, silence, une seconde, silence, sonnerie. Grondement et soudain avalanche, rires, ô bruits : élèves. #44Suel



Grille carnet salle labo prof trousse récré cris carnage - rire - pleure - vent. Labo : expérience de la sonnerie - devoir, couloir. #44Suel



Cris bagarre bousculades odeur chewing-gum sous les tables humiliation disputes peur cantine volé contrôles stress rejet : fatigué ? #44Suel



Échange entre 2 élèves : "Tu finis à quelle heure ? - 16H45 ? Et toi ? - 15h40. - La chance. Mais moi : au ski chez ma tante après." #44Suel



Même fonctionnement qu'une prison. On ne sort pas quand on le souhaite. Le CDI - un aquarium ou un zoo ? Par la vitre : des animaux. #44Suel



Peut-être cet escalier est-il la porte du néant, la clé d'une énigme de l'espace temps. C'est là que naissent les vieilles légendes. #44Suel



Derrière cette porte de la salle des profs : leur propre univers plein d'histoire et de littérature ainsi que de gène et de division.#44suel



Mon enfer - bavarder - vive la sonnerie courir se bousculer rouge sang bagarre écouter parler. Majeur relaxant sauvage soleil chaud. #44Suel



L'escalier fantôme ne menant nulle part. S'arrêtant dans le néant. Quel intérêt a l'escalier si ce n'est de nous mener quelque part ?#44Suel



Le plafond du préau nous fait réviser nos leçons de SVT grâce aux multiples chromosomes. Après, nous réussissons les interrogations. #44Suel

Libellés : ,

posted by Lucien Suel at 16:00 0 comments

Poème express n° 624

posted by Lucien Suel at 07:37 2 comments

jeudi 4 février 2016

Les tweets en 140 signes de Cadoucadou (2)


Pour la seconde année, je participe au projet "Twittérature" mené conjointement par La Bibliothèque départementale de Loire-Atlantique et la Maison de la Poésie de Nantes.
En février-mars, quatre classes de collèges créent un compte Twitter pour publier leurs twooshes (tweets parfaits de 140 signes).
J'ai le plaisir de vous présenter la deuxième série réalisée par des élèves de 3ème du collège René-Guy Cadou à Ancenis.
Vous pouvez suivre leur travail ici ou avec le hashtag #44Suel
  


Nous nous transportons à travers les âges, à travers les siècles. Les sourires, les rires, se changent en tristesse au fil du temps. #44Suel

La meilleure façon de voyager est de sentir. Sentir le mouvement du vent qui passe sur toi, qui te lève légèrement jusqu'à tes rêves.#44Suel

Tu cours, tu marches, puis recours sans te soucier du temps qui passe. La nuit arrive, le jour s'en va, tu t'es perdu dans tes idées.#44Suel

Souriante, admirée de tous, ses cheveux vagabondent, son corps est en cadence exacte avec la musique, ses pas sont nets et gracieux. #44Suel
Voitures, motos, camions, trains, moteurs et pots d'échappement : pollution. Tout le monde roule, tous se déplacent. Pourquoi donc ? #44suel

L'homme visite un lieu historique, il se retrouve alors dans les machines spatio-temporelles, il voyage entre le passé et le présent.#44suel

dans le rap les insultes fusent et les rimes s'enchaînent et les rapeurs se déchaînent la foule crie et les paroles continuent et... #44suel

L'Homme sait blesser, tuer, casser, pulvériser, exploser mais heureusement il sait aussi aider, communiquer, voyager, courir, aimer. #44Suel

Le blanc des nuages, le bleu du ciel, le noir de la nuit. Mais quelle est la couleur du soleil ? Jaune ? C'est ce qu'on fait croire.#44Suel

les hommes voyagent loin et souvent les photos du voyage sont encadrées et accrochées mais sont aussi gravées - gravées dans la tête #44Suel

De ville en ville, de pays en pays, les émotions sont quasiment les mêmes. De la haine à l'amitié, la frontière n'est pas très loin. #44Suel

L'humaine faisant un tour dans un pays froid ou chaud, au nord ou au sud, dans son pays vivant dans la paix ou non, elle est joyeuse.#44suel

Bonjour, buongiorno, hola, quand on réfléchit bien, toutes les langues ne sont pas si différentes. Mais elles sont toutes uniques...#44suel

Amarré tel un chalutier le marin s'abîme dans un long sommeil. Ses rêves le transportent comme un pétrel dans les songes des sirènes.#44Suel

Les hommes voyagent de paysages en paysages, parfois ils restent, tournent la page, stoppent leurs voyages, pour un superbe paysage. #44Suel

l'humaine randonnant, courant, marchant, dansant, circulant, avançant, navigant, miroitant, revivant. l'humaine prenant un bol d'air.#44suel

L'homme commence sa course sûr de lui, préparé. L'homme continue sa course douteux, hésitant.L'homme finit sa course épuisé, heureux.#44Suel

L'homme a besoin de voyager, de se distraire, bouger, souffler, être bien dans sa peau, pour travailler plus librement, sans stress. #44Suel

L'homme joue sur l'herbe verte du golf où il se concentre pour envoyer son projectile vers le trou situé à quelques mètres de la mer #44Suel

La meilleure aventure d'un Homme est le voyage, car l'Homme découvre une autre manière de vivre et c'est une expérience inoubliable. #44Suel

L'homme est impulsif, l'homme est transporté, l'homme s'éloigne de son village natal, l'homme voyage, l'homme devient un homme sage. #44Suel

Voyager est libre est calme est bon est être actif est relaxant est intéressant est sauvage est apprendre est culture est magnifique.#44Suel

Je vole comme un oiseau qui vole vers le sud. A la recherche d'un monde sous le soleil. Un endroit chaud et accueillant. Près de toi.#44Suel

Libellés : ,

posted by Lucien Suel at 18:18 0 comments

Sans espoir de retour du courrier 5/5

« Sans espoir de retour du courrier », cette correspondance entre Alban Michel et Lucien Suel a été publiée en 1986 (30 ans déjà!) dans le n° 4 de la revue Après la plage.
Nous le faisons paraître ici en 5 épisodes. Il est question de plage, de jazz, de roman noir et d'Audrey Hepburn.

Biscarosse, le 4 août
Mon vieux Lucien,
Figure-toi que "Lulu" un opéra d'Alban Berg fut interdit en France en 1958. J'ai bien peur que cette lettre ne t'arrive jamais. Pourvu qu'il ne te soit rien arrivé. Ils connaissent les filles qui nous unissent. Je te tape vite fait ce que je sais. Ils m'ont retrouvé. J'espère que la dernière levée n'aura jamais lieu. Surtout ne te réfugie pas dans une salle obscure. Ils sont tous dans le coup. Le projectionniste, les spectateurs, la caissière, les ouvreuses. Ils contrôlent tout. Tu es entouré de dingues. Je sais ce que je tape, j'ai vécu dans un blockhaus de vingt-deux étages. Je ne te raconte pas ce qu'ils incinéraient dans le vide-ordures.
La fille aveugle bosse à la poste. Jusqu'à présent elle s'est contentée de transmettre les doubles de nos lettres à Dan Parker. Surtout ne t'enfuis pas dans un cinéma. Ça se termine presque toujours en incendie. Je m'en veux de t'avoir entraîné dans ce snuff-movie. J'avais besoin de blé et je ne salope jamais mes contrats. Tu me connais, je m'enflamme facilement lorsqu'on me promet l'éternité sur pellicule. J'ai signé. Pour éloigner le mal, pour pouvoir taper comme un dératé dans un clandé pour écrivains. Au mieux et en comptant les ratures j'ai réussi à leur taper dix pages.
Je dois un scénario de film porno à Robert Baker, et un article tout ce qu'il y a de plus élogieux sur les bonnes œuvres du Clan Murphy. Les sbires de Thomas F. Little campent en bas de l'hôtel sur la plage. Ils vont me tanner, sûr qu'ils font partie de la famille des cuivres. J'ai promis à leur monsignore un poème d'amour par jour qu'il signe et expédie à sa petite amie. Chiappe est de tous le plus coriace. Il m'a commandé une monumentale histoire de sa vie. Il confond nombril et sexe.
J'ignorais qu'ils travaillaient tous pour Dan Parker. C'est fichu pour ta ballade. Je suis sec. J'ai le bourbon. C'est pas le moment de laisser nos empreintes sur le sable. Maquillage de guerre. Mercredi des Cendres de mai à décembre. Tire-toi au plus vite de Stella-Plage. Parker tient tous les cinémas, les hôtels, les clandés, les écrivains et les garages de la côte. C'est grâce à lui que la fille de la réception porte des lunettes. Elle est heureuse de s'en tirer à si bon compte. Adieu. Je ne t'écrirai plus. Je t'enverrai des cartes postales.
Alban

Sans espoir de retour du courrier : Lettre 1
Sans espoir de retour du courrier : Lettre 2
Sans espoir de retour du courrier : Lettre 3
Sans espoir de retour du courrier : Lettre 4

Libellés : , , , ,

posted by Lucien Suel at 07:28 1 comments

mercredi 3 février 2016

Les dérivées (51-53)


51
choisir dans
une liste de
pseudonymes/
nom de plume
déguisement/
procurant un
anonymat qui
facilite les
opinions/les
choix/le tri
entre l'ivre
et l'ivraie/
52
la paille et
la poutre/la
critique est
aisée/l'arme
facile/larve
du sectaire/
en tonnes un
marteau pèse
lourd sur le
pied du pape
surréaliste/
crêpe & curé
53
bretons dans
le bénitier/
l'autre côté
de la mer se
négocie chez
les vendeurs
d'art/prolos
s'abstenir/à
plat ventre/
les défenses
occidentales
microphonent

Libellés : , , , ,

posted by Lucien Suel at 06:59 0 comments

mardi 2 février 2016

Les tweets en 140 signes de Cadoucadou (1)

Pour la seconde année, je participe au projet "Twittérature" mené conjointement par La Bibliothèque départementale de Loire-Atlantique et la Maiosn de la Poésie de Nantes.
En février-mars, quatre classes de collèges créent un compte Twitter pour publier leurs twooshes (tweets parfaits de 140 signes).
J'ai le plaisir de vous présenter ceux des élèves de 3ème du collège René-Guy Cadou à Ancenis.
Vous pouvez suivre leur travail ici ou avec le hashtag #44Suel



Homme curieux, homme ambitieux, homme religieux, homme contagieux, homme menteur, homme sans valeur, homme silencieux, homme heureux. #44Suel

Cette femme est partie se promener dans la montagne, elle fut, alors, schismée comme un puzzle éparpillé dans les chambres d'enfant. #44suel

Pleurer. Avoir mal. Se rabaisser par la honte. Alors, il faut savoir se relever, aller de l'avant et marcher vers un monde meilleur ! #44Suel

Sportif ou coureur de folie s'entraînant de temps en temps ou très souvent un mot te suivra partout : sois compétiteur jusqu'au bout #44suel

Un pas devant, un pas derrière, un autre à gauche, un dernier à droite, lever ses bras, tourner, une chorégraphie s'est déjà formée. #44Suel

L'homme, un être appartenant à l'espèce animale la plus évoluée de la terre avec une intelligence développée et un langage articulé. #44Suel

L'homme va et vient du soir au matin essayant de trouver tout ce dont il a besoin. Éternelle routine se rééditant à chaque lendemain #44suel

Des gestes lents ou rapides restent des mouvements ; ces derniers ont cette grande particularité de se mêler au vent si transparent. #44Suel

Il se joue avec un ballon ovale, garde de vraies valeurs, se joue à quinze joueurs, c'est l'école de la vie, c'est bien sûr le rugby.#44Suel

Donner le meilleur de soi-même. En sport pendant l’effort, jamais on ne te reprochera d'avoir échoué, on est tous là pour progresser. #44Suel

Je reviens du pays de mes rêves, où j'ai voyagé librement. Dans ce monde, qui m'appartient, le temps est une pure source de bonheur. #44suel

Hey ! Ho ! Tu as bougé, pourquoi bouger. Hey ! Ho ! Tu as parlé, pourquoi parler. Hey ! Ho ! Pourquoi toi. Hey ! Ho ! Juste pourquoi #44Suel

Avant d'arriver en vue des grandes plages de sable fin, la voiture traverse l'immense plaine flamande, les champs et les prairies... #44suel

Je nage pour oublier, je marche pour m'évader, je cours pour avancer, je roule pour détruire ma tristesse. Je vole pour te récupérer.#44suel

La vie d'un adolescent est atroce : travailler, rigoler et encore travailler pour être encore plus fatigué. Mon futur m'appartient...#44Suel

Les hommes et les femmes sont faits pour se rencontrer, pour s'aimer. Les différences n'ont plus aucun sens. On s'aime tous au fond. #44Suel

Faire du sport pour se dépenser ou pour apprendre une nouvelle activité on essaye on échoue on essaye encore et on finit par réussir #44Suel

Je marche sur le sentier de la vie sans jamais remuer mon passé. Je marche pour oublier. Je marche pour créer mon avenir. J'avance...#44suel

La danse: l'art d'exprimer ses sentiments sans aucun jugement. Danser c'est profiter de la vie telle qu'elle est. Danser pour vivre. #44Suel

Se dépenser c'est important, marcher libère l'esprit, fait découvrir la nature, découvrir de petits animaux sauvages, entendre l'eau. #44Suel

Tous les jours une femme se promène elle aime être dehors et observer la nature elle veut que ça dure toujours mais elle doit partir #44suel

Voyager quelque part dans une autre ville ou un autre pays tu veux changer d'air mais tu ne sais pas où aller tu as déjà été partout #44suel

Les voyages transportent les hommes tout comme le vent transporte les feuilles d'automne, cela leur fait découvrir notre beau monde. #44Suel

Apprendre, sentir mes pieds frôler le sol, sauter, me sentir voler, avoir l'impression d'être dans les nuages. J'aime ces sensations.#44suel

D'Ancenis à l'Italie, de pays en pays, on part dans le grand car. Profiter du voyage pour enfin déstresser, on en a vraiment besoin. #44Suel

Voyage... sentir le vent caresser mon visage, entendre le chant des oiseaux, respirer ces odeurs du printemps, j'aime voyager partout.#44suel

Jongler entre les pays devient vite une passion et une magnifique habitude. Autrement dit, une passion habituelle. Rien de plus beau.#44suel
 

Libellés : ,

posted by Lucien Suel at 17:07 0 comments

C’est le matin que l’on grandit (23)


écrire à l'encre
d'eau de mer
soluté seule
sanguine
en densité
d'où s'écule
rondeur
et quelconque
satiété
Cédric Bernard

Libellés : , ,

posted by Lucien Suel at 07:20 0 comments

lundi 1 février 2016

Collage instantané n° 450

posted by Lucien Suel at 06:55 1 comments

samedi 30 janvier 2016

C’est le matin que l’on grandit (22)


Les serrements sont nos battements 
le serment d'être en vie encore 
le serment d'autres songes à venir 
sur le souvenir de cœurs serrés
Cédric Bernard


Libellés : , ,

posted by Lucien Suel at 07:49 0 comments

vendredi 29 janvier 2016

Poème express n° 623

posted by Lucien Suel at 08:09 4 comments

jeudi 28 janvier 2016

Sans espoir de retour du courrier 4/5


« Sans espoir de retour du courrier », cette correspondance entre Alban Michel et Lucien Suel a été publiée en 1986 (30 ans déjà!) dans le n° 4 de la revue Après la plage.
Nous le faisons paraître ici en 5 épisodes. Il est question de plage, de jazz, de roman noir et d'Audrey Hepburn.

Stella-Plage, le 23 juillet
Cher Alban,
J’ai bien pensé un moment écrire à Elmore James. Cela aurait été l'occasion rêvée de vérifier la bonne marche du "Return to Sender". Le grain de sable retourne à la plage. Après le pèlerinage, ce sera le Mercredi des Cendres. J’ai vu des photos de ces filles arrivées par la poste et qui se tordaient dans les flammes de l'incinérateur de jardin. Un spectacle pour solitaire ; on ne peut pas tenir bien longtemps dans les blockhaus désaffectés. L'odeur te prend à la gorge et tu dois vite rechausser tes "semelles de vent". Il souffle dans les saxophones désinfectés. Oui, écris-moi donc les paroles d'une ballade qui respire à travers le nylon rosé. Plusieurs fois, j'ai serré des poupées sur mon cœur, des poupées enduites de poudre de riz et leurs joues de celluloïd se collaient à ma peau brûlée. Entre la pourriture et le dessèchement, il faut choisir ou naviguer. Les écrivains ont des ratés. Il y des métaphores qui filent comme les bas. Je répands ma semence sur la plage blanche devant une fille aveugle en shetland rosé. J'ai mis mon maquillage de guerre : cendre, sable et semence. Il ne me reste plus qu'à m'enfermer dans une salle obscure. J'attends le début de la projection. Envoie une nouvelle bobine pour crucifier le vieux jazzman.
Lucien
P.S. Pas question que je brûle tes lettres. Il fait trop chaud
Sans espoir de retour du courrier : Lettre 1
Sans espoir de retour du courrier : Lettre 2
Sans espoir de retour du courrier : Lettre 3
 

Libellés : , , , ,

posted by Lucien Suel at 07:24 0 comments

mercredi 27 janvier 2016

Les dérivées (49-50)


49
chaque année
l'archange y
lâche/laisse
des plumes &
perd un amas
de feuilles/
lochies tous
terrains/les
créateurs se
congratulent
les docteurs
se soignent/
50
l'anarchiste
en livrée de
coton noir &
rouge émarge
au budget de
l'état/poète
les jours de
congé/fidèle
serviteur du
pouvoir tous
les jours de
travail/etc/

Libellés : , , , ,

posted by Lucien Suel at 07:17 0 comments