mercredi 25 mai 2022

L’Échelle de Shiva (2)

 2. Barabisé Tatopani

Lumière des rizières irisées, escaliers de cheveux verts, marches de terre jaunes et bleues, je monte vers le soir d'argent des cascades, longeant le torrent blanc et noir où plongent les arbres et les prairies. L'étau de la nature se resserre, le monde a la gorge serrée, on vit ici dans un cri noyé de bave céleste.

Jean-René Lefebvre

Libellés : ,

posted by Lucien Suel at 07:24 0 comments

lundi 23 mai 2022

Poème express n° 944

posted by Lucien Suel at 08:18 2 comments

vendredi 20 mai 2022

TRANSPORT VISAGE DECOUVERT (épisode 11)

11

CARESSE DE LODEUR ODEUR DU SON SON DU GOÛT.

Cosmik Galata récupère la valise du pasteur du côté de l’exit. Elle brinqueballe sur le tapis roulant. Des bretelles de soie pendent de chaque côté de la serrure centrale. Les employés du fret sont là pour balancer envoyer jeter lancer. Les acrobates à gros bras de la sécurité postillonnent dans leurs talkie-walkie. Transmissions et mouillements parcourent l’éther. Un drap de peau recouvre les restes des victimes.

Soleil rouge éclaboussant le bec jaune du merle.

Le vent divin charrie du sang et des viscères, des cellules nerveuses et de la sanie violette. Les sbires crachent le feu. Dans les couloirs à ciel ouvert, les survivants observent en direct la cavalcade. C’est un road movie alléchant. Le premier degré du clonage, c’est l’écoute. Le monde passe d’une oreille à l’autre et le mp3 est plus efficace qu’un shotgun. Tarzan saute de flux en flux, Jane change de régime à tout va. Les Bouriates les regardent passer en levant le nez.

Sourire bleu renversé dans la glissade d'un fromage rouge.

Le Pauvre n’a plus de sang dans les veines. La fiche du câble d’antenne forme une boursouflure dans la peau du bras. Les agneaux se taisent. Le psychopathe célèbre le psychopathe. Papa Dada et Rosa Rita, les deux duos comiques défilent dans la rue. Une nouvelle France, la bougie du monde, la patrie des patriotes, le pays des droits. La voilà, elle prépare son atmosphère !

Lucien Suel (2005)

à suivre...

Libellés : , , , ,

posted by Lucien Suel at 07:15 0 comments

jeudi 19 mai 2022

Poème express n° 943

posted by Lucien Suel at 06:54 2 comments

mercredi 18 mai 2022

L’Échelle de Shiva (1)

Nous commençons au Silo la publication de "L’Échelle de Shiva" un nouveau feuilleton poétique écrit par Jean-René Lefebvre. Ce titre est lié à son expédition au mont Kailash, à l'ouest du Tibet, dans l'ancien royaume de Gugé et sa capitale Tsaparang, dont il ne demeure que quelques ruines se fondant dans le paysage.

1. Katmandu Barabisé

L'Arniko highway gravit l'escalier d'émeraude d'un palais naturel dont les pyramides himalayennes portent à son plus haut degré d'intensité matérielle le mandala de l'univers. Là, en quelque jardin secret de roses et de jasmin, Samantabhadra, Bouddha originel, resplendit d'union réalisée.

Jean-René Lefebvre

 

Libellés : ,

posted by Lucien Suel at 08:16 0 comments

lundi 16 mai 2022

Poème express n° 942

posted by Lucien Suel at 07:19 2 comments

vendredi 13 mai 2022

TRANSPORT VISAGE DECOUVERT (épisode 10)

 10

GOÛT DE LA CARESSE CARESSE DU SON
SON DE L'IMAGE.

Cosmik Galata devait arriver au but : des maux séparés, desserrés, afin de cesser sa mission d’espion et pouvoir devenir l’explorateur des voix (celles de ces êtres qui parlent en arrière, style talking asshole). Les filles et les garçons étaient venus de Londres une brique rouge dans chaque main. Ils se ressemblent (rassemblent) pour de la Résistance. Ils peuvent se refléter. Ils ne peuvent pas pas s’éteindre.

L’encre bleue sinue entre les poils de la poitrine.

Les étages supérieurs luisent dans le couchant et ne dorment pas. On connaît la vision double whisky, une épreuve sur ordonnance, des vomissures dans l’attaché-case. On ne peut pas écouter tous les prêches. On sélectionne dans un thème. Le muezzin secoue la clé usb devant le nez de son imam. On a déjà vu le minaret vaciller dans la chaleur (ceci n’est pas une contrepèterie) quand s’élève ici la tempête de protons. La télévision en bouquet s’adresse aux citoyens. Elle diffuse en boucle le gros plan d’une verrue saignante.

Mer rouge s'ouvrant juste avant l'aube cadmium.

Automatique autoproclamée c’est la radio, c’est la parole, c’est la loi, c’est l’opinion, c’est la démocratie, c’est la dictature, c’est la variété, c’est la vérité, c’est la marche en avant, c’est la sociologie, c’est l’explication. La grande rivale de Clémence, c’est Démence. Elle bouffe des pilules lysergiques pour se faire maigrir la matière grise. Un clou d’acier inoxydable lui traverse la langue. Elle cache un aimant dans le devant de son string.

Je dis rouge.

J'entends jaune.

Je sens bleu.

Libellés : , , ,

posted by Lucien Suel at 07:03 0 comments

jeudi 12 mai 2022

Poème express n° 941

posted by Lucien Suel at 07:24 2 comments

lundi 9 mai 2022

Poème express n° 940

posted by Lucien Suel at 07:09 2 comments

vendredi 6 mai 2022

TRANSPORT VISAGE DECOUVERT (épisode 9)

 9

GOÛT DE LA CARESSE CARESSE DU SON
SON DE LIMAGE.

Le chien jaune mordille la mule.

Elle (la danseuse) se pourrit l’innocence et les lignes de sa silhouette dans l’angoisse sous viagra qui perle dans (au coin des) les yeux caca des vieillards cacochymes (of freedom). Elle (l’herbe) semble un peu une pâte, une croûte de maquillage (0h35) sur la peau blette d’une star académique. Les certitudes taillées pour la peur (contre la peur) occupent tout l’espace libre entre la boîte crânienne et le noyau central du cerveau (c’est ainsi chez les androïdes). La star devient, elle devient par exemple, Asta Setzer (1h30), la fille cachée de Nick et Nora Charles, car ça se passe désormais comme dans une cause profonde, un endroit où l’on peut respirer l’odeur des croûtes, le parfum des plaies.

Sang bleu coulant dans le sable vermillon.

Le roc est solide comme un manche de guitare. Thérèse Davila nous le dit : « Je suis curieuse. » C’est un film, un film curieux qui le disait aussi avec un accent suédois (mains moites). Voix qui s’enchevêtrent, celle des jumeaux à vagissements, des jumelles Clémence & Démence, les choses jumelles, celles qui grossissent à force d’absorber des anabolisants par le cul. Ce fut cela l’effort du pasteur Lee (they called him the priest), d’atténuer l’enflure.

Je mange bleu.

Je crache rouge.

Je respire jaune.

Libellés : , , , , ,

posted by Lucien Suel at 07:00 0 comments

jeudi 5 mai 2022

Poème express n° 939

posted by Lucien Suel at 07:12 2 comments

lundi 2 mai 2022

Poème express n° 938

posted by Lucien Suel at 07:06 2 comments

vendredi 29 avril 2022

TRANSPORT VISAGE DECOUVERT (épisode 8)

 8

IMAGE DE LODEUR ODEUR DU GOÛT GOÛT DE LIMAGE.

Soleil rouge éclaboussant le bec jaune du merle.

Pas de magot mais pas démago le cop lance la cavalcade un deux trois cheval ! Il ne pouvait pas pousser plus loin le similaire traitement. Ou alors : lobotomie ! Dans la raie du crime ! Comme celle(s) de Clémence ou Démence ! Accompagnement : un son direct prêté par l’aire A26 d’autoroute (La Grande Bucaille Saint-Jean). Le chef d’œuvre tente de rêver dans cette boue variétés internationales.

Je touche jaune.

Je mords bleu.

Je griffe rouge.

C’est comme un reniflement de schnorchel, dans l’atmosphère confinée d'une timonerie orientale (ex-soviétique). C’est aussi une courte histoire genre mille et un millième de seconde, le récit d'une sultane, d'un sultan, une rasade au chai. D’après lui, William Lee, wonderwriter, le type était déjà membre de l’Académie 23, section de Macassar, département Action-Writing (run by S. Yardcough).

Yaourt jaune coulant de l’œil outremer d'un veau.

Le changement du muet se fait en saindoux, en classe dernière, le rock s’édulcore et Brahms : un set d’ennui. Quand l’atmosphère accroche, (oreille de Vincent sur le parquet de la chambre), elle s'accroche à l’exceptionnel, disons à sa panoplie Ballard (J.G.), aux mouchoirs du service, (taches épongées sur le comptoir du rade, sueur topless, jus bottomless), les sourires jaunes de Londres en prime dans du stuc, la nuit.

Libellés : , , , , ,

posted by Lucien Suel at 07:19 0 comments

jeudi 28 avril 2022

Poème express n° 937

posted by Lucien Suel at 07:12 2 comments

vendredi 22 avril 2022

TRANSPORT VISAGE DECOUVERT (épisode 7)

7

IMAGE DE LODEUR ODEUR DU GOÛT GOÛT DE LIMAGE.

Dilemme étrange, rupture, claire lune, chambre étroite et contacts avec les rayons X dans la poitrine de la nièce de Thérèse D. Danseuse De La Nuit est son nom. Est-elle venue de loin ? Ou est-ce par une once de confort soudain dans son existence de privations que le Syndicat du Rêve a décidé de réaliser ce coup de film avec elle qui vient sur la nuée digitale ?

I eat blue.

I spit red.

I breathe yellow.

Écoutez-la : « J’suis l’Aguicheuse, la Môme à  l'Beethoven comme la Marmite à Giorgio Moroder ou la Femelle de Wagner, mais de série B, je leur  gonfle le vibrato et  l’on sent les artères pulser dans le cartilage ! » Le murmure d’une prière des veaux (votes) sinue sous le plafond écaillé de la Lai(Mal)terie. Le soir s’écrase sur Whitechapel. J. k. (deux lettres de...) : encore un corps (d’une poupée) pour le Président. C’est un Event... Voilà la France ! Un an encore, et c'est M. Slade qui loue M. Rope.

Sifflement de la ceinture de cuir sur la chair enfantine.

Cosmik Galata se reprend, tombe amoureux plus haut, fonce chez sa logeuse. Finie l’inertie, quoi ! Elle a eu zéro gramme. Tant pis pour elle ! En se garantissant le cholestérol à haut niveau par le patron de l’académie 23, le roi convulsif aurait la carrure nécessaire, à l’opposé du Président comme si l’urée zéro gramme d’un Daniel Johnston (Moïse dans son autre vie) pouvait lui être comparée. Méconnu, mais il est Jack (on a retrouvé toutes ses lettres). Il est enchaîné des fers, coup sur coup.

Libellés : , , , , , ,

posted by Lucien Suel at 07:10 0 comments

jeudi 21 avril 2022

Poème express n° 936

posted by Lucien Suel at 07:06 2 comments

mardi 19 avril 2022

Un poème de Marcel Obin

 C’était quand hier

 

Guerre X Paix

 

Une brassée d’étoiles filantes
Comme un vol de colombes
Dans un ciel dépeint

 

Comme la nuit passe
D’ombre au buisson
La main tourne
Les heures
La nuit le jour
Et toutes les autres nuits
Et tous les autres jours
Effaçant les aveux interdits

 

Rappel des langues et des troupeaux
Le fol cri de l’épervier qui cherche
Un abri dans la lande

 

Tard
Il avait dû
Se perdre
Pour dire aussi
Bien
Au revoir

 

Sur le papier
S’en prendre aux mots
Faire le point
Quand nous parlons à peine
Entre fleur et pleur

 

Rester vivant

 

Le soleil est aveugle
Sans rancune
Le jour baisse

 

Vivre en survivant
Ici et là

 

Ça m’ira

 

Voilà

Ce qui est dit est dit

 

Et voilà
ce qui est fait est fait

 

Le dire et faire

 

Voilà
Ouvrir sa gueule ou
La fermer
Panacher le dire et le faire
Dépasser les limites du construit
Se taire à l’orée du désarroi
Dire le fait uniquement
Même s’il est déconscrit
Merde

 

Après
Cinq ans de guerre

 

Mon grand-père
Émile est rentré
Des tranchées

 

Plus tard

 

J’ai retrouvé
Entre les pages de son livret militaire

 

Un trèfle à quatre feuilles
Séché et tout racorni

 

Comme un baiser
Abandonné par la mort

 

Bruissement de feuilles
Èparses
Pages
Tournées
Et plus encore
Retournées
Sans perdre
Leur pesant d’encre

 

Mémoires de pluie
Quelques traits rageurs sur le profil
Des éclairs

 

Feux de nuit et de tout
Bois
Les poètes sont des assassins

 

L’adolescence est provocatrice

 

Chemise au cœur
Chemise au vent

 

Les drapeaux habillent
Mal

 

Vie secrète
Homme du néant
Le double est ton
Réel

 

Cavale

 

Vivre ta vie
Au pesage

 

Par-delà le mur du sommeil
Un monde qui ressemble au monde

 

Les autres
Les siens les miens
Les ombres

 

Silence
La vérité est sans parole

 

Je me souviens

 

Ma grand-mère avait chuté
Sur le trottoir gelé
Devant cette boutique
Aux 100 000 chemises
Et moi sinistre gamin
Je l’avais regardée
Quoi ?
La langue sans mot
Et les mains dans les poches
À se débattre dans son ample
Manteau d’hiver
Les pieds en l’air

 

Pardon

 

Tout compte fait
À 75 piges
Il te reste
Quoi
10
15
20
Ans
Devant toi
Peut-être
Trente

 

Vivre
Ça fait peur

 

Amis de la mémoire
Qui est ce monsieur
Au regard inconnu

 

Aimez-moi
C’est tout ce que j’ai
À dire

 

Le film de ma vie est un bon film

 

Entrée des artistes

 

Soir
Un homme s’endort
Nuit sans nuit
Jour sans journal
Des souvenirs et des regrets
Aussi

 

Tam-tam du cœur
Quand l’espoir est rompu

 

Le cœur trimardeur trempe dans un pacifique océan

 

La mer écrite est sans ombre

 

Marcel Obin
Avril 2022

Libellés : ,

posted by Lucien Suel at 08:22 1 comments

vendredi 15 avril 2022

TRANSPORT VISAGE DECOUVERT (épisode 6)

 6

IMAGE DE LA CARESSE CARESSE DE LIMAGE IMAGE DU GOÛT.

Les puces prolifèrent colonisent le temps & l'espace. Pour encore oser, Cosmik Galata se laisse glisser à terre au risque d'empoussiérer son pantalon de tergal noir. Depuis le début de l’histoire, deux films se déroulent ensemble comme si l’ordinateur avait ouvert en même temps Real Player (le Joueur Pour De Vrai) et Quick Time (Le Temps Vite). Dans cette méditation les microprocesseurs sont perturbés par la folie de l’Histoire.

Sang bleu coulant dans le sable vermillon.

Nu dans l’inter-fréquence, toujours actif, ce mec a vécu ses 33 ans depuis longtemps jusqu'à ce bon vendredi d'avril à Lille. Pour se contenir, il lui faut se vider. C’est un imparable paradoxe. Thérése Davila, on la retrouve, elle caresse sa souris de plastique et cette caresse provoque de temps à autre l'éveil d'un virus endormi. Accrochée au sein des fichiers, une routine mutante met en péril la République. La première victime fut une jeune trieuse de 17 ans aux doigts ensanglantés par les arêtes coupantes des schistes sur le tapis roulant. A la demoiselle qui vacille ici, le pasteur William Lee offre le secours de la prière électronique.

Blue blood running in vermilion sand.

Libellés : , , , , ,

posted by Lucien Suel at 07:36 0 comments