vendredi 7 juin 2019

Poème express n° 772

posted by Lucien Suel at 18:16

9 Comments:

Anonymous Anonyme said...

jusqu'à ce qu'on aperçoive ses chaussettes

Zéo ¦-)

19:24  
Blogger Lucien Suel said...

Finalement, ces jeans ne lui donnaient pas une vraie satisfaction ! ;-)

19:45  
Anonymous Anonyme said...

Je la soupçonne d'éprouver de la sympathie pour le diable - sa chambre et d'ailleurs peinte en noir

Zéo ¦-)

19:55  
Anonymous ste said...

ses dents étaient une véritable bénédiction

07:31  
Anonymous Anonyme said...

(une espèce de libido assez aiguë mais - il me semble - machiste imbibe ce 772) (moi qui suis plutôt puritain, je cherchais quelque chose du côté des films classés x - ça n'existe plus - pornographiques ou quelque chose pour illustrer cette tendance assez profonde du cinéma à malmener la gente féminine - et à la payer moins pour ses prestations, évidemment) (je tiens une jolie photo de madame Varda plus Cate Blanchette plus Cécile Sciamma plus Ava DuVernay sur les marches de Cannes, l'année dernière) (je m'égare n'est-ce pas,mais je la pose pendant le week-end) encore que : ce jean est porté, justement, par une respectueuse (Gus Mally) (les patronymes en disent souvent long, tout de même, dans le stéréotype et la convention, surtout) qui doit témoigner contre la mafia (c'est cousu de fil plutôt sanglant et corrompu comme affaire) et le héros (au sourire si doux : d'ailleurs, c'est sa femme/maîtresse à la ville comme on dit) la convoiera en autobus jusque Phoénix Arizona pour qu'elle puisse témoigner contre ces méchants (le héros, ce n'est pas dirty Harry, mais un type (flic, comme de juste) nommé Ben Shockley) : la dernière scène où l'accueil en ville par la police est assez surdimensionné laisse des souvenirs - sans doute un peu moins que le film en lui-même - je me demande même si ça finit bien ou mal, cette histoire-là (sans doute bien) (ou mal) en tout cas, The Gauntlet (le gant, si je ne m'abuse) (traduit en français par L'Épreuve de force (Clint Eastwood, 1977)

08:20  
Anonymous Anonyme said...

Merci, Monsieur ou Madame Anonyme. Je n'ai pas votre érudition côté cinématographique, j'ai tout de même vu un grand nombre de films, surtout d'auteur.e.s. Je ne pourrais être plus d'accord avec vous, côté machisme, idéologie sexiste (patriarcale), objectivation, marchandisation, exploitation de la femme. Écœurement total des films porno de « grands » réalisateurs (plusieurs italiens célèbres), de la pédophilie et de l'éphébophilie de bien des films français, dont ceux d'Éric Rohmer.

Je suis membre fondatrice de PDF Québec, un regroupement féministe de plu en plu consulté par notre gouvernement.

Merci, je vous souhaite une belle journée ou nuit ou...

Zéo Zigzags ¦-)

02:13  
Anonymous Anonyme said...

Vieux clavier, pardon. S est trèsss malade, multiplié ou absent.

Z

02:15  
Anonymous Anonyme said...

(érudition, le mot est un peu fort - je sais me servir d'internet surtout - encore que...) mais merci à vous, chère Zéo Zigzags (si je comprends bien, nous sommes cousins ?) (serviteur ...) (et l'anonyme est - comme le chante suprêmement une de nos cousines, Mylène la fermière aka Mylène Gautier - sans contrefaçon, un garçon...) (et longue vie à PDF Québec !)

07:59  
Anonymous Anonyme said...

Merci pour cette chaleureuse réponse, Monsieur le garçon sans contrefaçon. Oui, je suis de l'autre côté du ru à quelques microsecondes en téléporteur.

Je rêve du jour ou de la nuit où le féminisme sera une étape historique du passé puisque l'humanité sera sortie de cette société d'exploitation de la femme et donc de l'homme aussi, à vue plus longue que celle d'un petit nez bien bouché.

Je souhaite que vous réalisiez fort agréablement le scénario de votre journée, Zéo ¦-)

08:17  

Publier un commentaire

<< Home