samedi 1 juin 2019

Poème express n° 771

posted by Lucien Suel at 07:03

2 Comments:

Anonymous ste said...

elle lui caressa l'intérieur

20:45  
Anonymous Anonyme said...

(les "salles de surveillance" sont un peu anachronique mais tant pis) (on ne peut guère répondre à toutes les injonctions du P/E* malheureusement) (mais le cadre est là : c'est lui qui l'aime, elle aussi mais peut-être moins- ces trucs-là sont toujours assez difficiles à mesurer - en tout cas il l'aime cette Lulu, il l'aime à n'en plus pouvoir, elle l'aime aussi un peu - c'est Dédé qui la pousse, certes - et elle ensuite qui le poussera (pauvre homme ce Maurice Legrand pourtant - peintre du dimanche haï par sa légitime) (les femmes n'ont pas le beau rôle, jte préviens) (mais ça a bientôt un siècle et sous les ponts a coulé l'eau) (le metteur en scène est le fils d'un grand peintre,c'est pour ça : son père c'est Auguste) (bon, après l'allégorie se termine quand même : c'est l'un des premiers films parlants de Jean) (Lulu est interprétée par Janie Marèse qui mourra dans les jours qui suivirent le tournage, accident de voiture, au volant Georges Flamant le Dédé du film...) (tragique) (ils étaient tellement amoureux l'un de l'autre- ça se passait dans le midi) (pour le film, La Chienne (1931) Jean Renoir donc est derrière la caméra)(à l'image Roger Hubert et Théodore Sparkuhl) (brrrr... les histoires d'amour finissent mal en général...)

08:58  

Publier un commentaire

<< Home