jeudi 3 décembre 2020

Poème Express n° 807

posted by Lucien Suel at 07:40

2 Comments:

Anonymous Anonyme said...

(bon, pour les braies, c'est vrai qu'elle en porte comme toute cow-girl qui se respecte un peu, mais c'est quand même hors champ qu'elle les ôte si tu veux bien) elle se nomme Vienna - faudrait pas non plus trop lui marcher sur les pieds, c'est une farouche assez susceptible - Johnny va s'en rendre compte (mais elle l'aime - lui moins"dis moi que tu m'aimes" lui ordonne-t-elle; "je t'aime" répond-il...)- c'est le roman des US, la conquête de l'ouest, les trains, les casinos et les saloons, tout le kit - la photo du film c'est un diamant, les premiers films en technicolor : splendide (due à Harry Strading junior) - d'ailleurs la chemise de lin de Vienna est rouge sang - magnifique - c'est aussi l'époque du maccarthysme (Johnny est interprété par Sterling Hayden qui a témoigné - il a écrit son autobiographie, j'adore aussi (je l'aime bien ce type-là) (pas seulement parce qu'il était pote avec Stanley Kubrick, mais quand même- parfois il arrive que les acteurs ne se la pètent pas) son rôle est extra (d'ailleurs il ne savait pas jouer de la guitare - ni monter à cheval) - Vienna buvait aussi quand elle n'était pas à l'écran (Joan Crawford : magique - moi je l'adore autant que Bette Davis) (c'est pour te dire) sublimissime (j'aime assez savoir que le réalisateur a été l'un des très nombreux époux de Zsa ZSa Gabor : je trouve ça réjouissant) l'un des plus hauts sommets du western : Johnny Guitar (Nicholas Ray, 1954) (le film documentaire de Wim Wenders " Nick's movie" (1980) est une merveille aussi)

10:31  
Blogger Lucien Suel said...

Moi aussi, j'aime bien Sterling Hayden.

13:41  

Publier un commentaire

<< Home