jeudi 26 novembre 2020

Poème express n° 805

posted by Lucien Suel at 07:42

4 Comments:

Blogger Lucien Suel said...

Le tweet de ce matin : Chaque lundi, chaque jeudi, un #PoèmeExpress inédit au SILO.
Aujourd'hui, Poème express n° 805
"de fer et d'acier ..."
https://academie23.blogspot.com/2020/11/poeme-express-n-805.html
Piero Cohen-Hadria délivre pour chaque poème express un oracle cinématographique à lire dans les commmentaires
http://academie23.blogspot.com/search/label/Piero%20Cohen-Hadria

14:32  
Anonymous Anonyme said...

(attends moi j'arrive - la connexion internet aux confins orno-calvadosiques n'est pas des meilleures) (les temps sont difficiles, en plus) (car je hais ces réclusions) le huit cent cinq (qui n'est pas multiple de neuf) m'a posé des problèmes - lancé dans la course du baptême par trois fois dans le fleuve (ce ne peut être que le Nil - ce ne peut être que Moïse (en son moïse) il me semble dans le "Cléopâtre" de Jo Mankiewicz (1963) mais non) (ou dans les Dix Commandements- Cecil B De Mille, 1956 - Charlton Heston alias Judas Ben Hur dans le rôle) mais non plus - neuf est un carré celui de trois, et bing qui arrive avec ce chiffre ? allié à de fer et d'acier (je me souviens des baguettes de bambous enfoncés sous les ongles de Gary Cooper) (le film n'est pas si mal et me rappelle mon enfance - j'avais adoré) (j'en ai revu des bribes il y a quelques années : le truc a vieilli) (il y avait aussi les Trois Mousquetaires, si tu vas par là (avec Gene Kelly, 1948 - réal Georges Sidney - très bof) ou alors celui de Bernard Borderie (1961) avec Mylène Demongeot - ah oui, passons, hein typique qualité française) non, là ce sont des américains grimés en unitedkingdomien, ça se passe en Inde, au Bengale même, c'est de l'aventure (les hommes sont cruels s'ils ne sont pas blancs sauf quelques uns) d'Hollywood (Charles Lang à l'image quand même et musique de Paul Misraki - ce n'est pas rien) (ça fait passer des idées de domination, d'audace et d'amitié virile - pas de quoi en faire un chef d'œuvre mais quand même les débuts du cinéma parlant) (il n'a alors que six ou sept ans...) - mais aussi Henri Hataway qui s'y connaît (comme un western) (et s'il est là, on pense à Niagara (1953) (oblige) près de vingt ans plus tard quand même) avec Marilyn Monroe (aka Norma Jean Baker) (elle aurait tenu le rôle de la princesse blessée...) mais ici à peine les femmes existent-elles... Les Trois lanciers du Bengale (Henri Hataway, 1935)

19:09  
Anonymous Dominique Hasselmann said...

cinéma en scope à l'époque et pas encore en masque - sauf celui de "la Mort rouge" (Roger Corman, 1964)... ;-)

12:22  
Blogger Lucien Suel said...

Le genre de film que j'ai peut-être vu plus tard sur le poste noir et blanc de mes grands-parents. Totalement oublié... Je partage ta haine de la réclusion (temporaire, espérons-le)

11:46  

Publier un commentaire

<< Home