jeudi 8 octobre 2020

Poème express n° 793

posted by Lucien Suel at 07:19

1 Comments:

Anonymous Anonyme said...

(le gris des yeux,je ne suis pas certain - en réalité j'hésite pas mal entre ceux de Kachoudas (j'ai adoré) et ceux de Henri-Désiré (interprété par Charles Denner, un genre de sommet : on l'a aussi beaucoup aimé plus tard dans Z (Constantin Costa-Gavras, 1969) ou dans l'Homme qui aimait les femmes (François Truffaut, 1977) (un des films de Truffaut qu'on trouve encore tolérable) - il fait partie de ces acteurs français qui quand ils apparaissent ravissent le commentateur) (je parle de moi) (chez Lelouche aussi bien - encore que ce dernier, passons - bref) - ici les deux films sont de Claude Chabrol ce qui met tout le monde (?) d'accord : on l'aime (je préfère le premier parce que je vois très nettement Léon Labbé serrer la main de Kachoudas (je ne crois pas qu'on connaisse son prénom, si ?), c'est une image du film, c'est d'une tristesse pour ce petit tailleur (Aznavour n'est pas très grand de taille - pour la chanson, n'en parlons pas) il y a au générique Aurore Clément, Monique Chaumette et Isabelle Sadoyan (elle y joue la femme de Kachoudas: elle est toujours magnifique) Léon Labbé interprété par Michel Serrault qui en fait quand même des tonnes mais il lui est beaucoup pardonné (car il jouait du bugle)... (pourtant, dans le Landru (1963), pléthore de seconds rôles itou Danielle Darrieux, Stéphane Audran (presque nue : un scandale... qui se finira devant les tribunaux, eh oui...), Michèle Morgan (mais oui madame) enfin bref (quoi que non, pas bref : le scénario et les dialogues dudit Landru sont signés Françoise Sagan, ça ne s'invente pas) - les images des deux films sont de Jean Rabier, l'un donc de 1963 l'autre de 1982 - la "nouvelle vague" puis le cinéma français splendide (le Landru en coproduction avec Carlo Ponti que j'adore aussi...le choix est difficile mais) Les Fantômes du chapelier (Claude Chabrol, 1982)

11:50  

Publier un commentaire

<< Home