lundi 14 septembre 2020

Poème express n° 786

posted by Lucien Suel at 07:56

2 Comments:

Anonymous Anonyme said...

(ça tombe bien, j'étais en train d'y penser justement : c'est ainsi que les choses sont faites, on pense à un film en lisant quelque chose, et le poème express en porte l'argument - c'est aussi la loi d'airain du genre commentant) (en tout cas, ce qui est certain c'est que Fox se suicide - on comprend ça, il est ruiné et ça ne peut pas durer) (il vit dans ce palais de Venise, cette merveille : la photo raconte bien ce joli pied-à-terre - le crucifier serait bien inutile d'ailleurs : il est déjà mort - à moins qu'il ne ressuscite) (j'aime penser à ce film,les trois abeilles (dans le titre français) je les revois vibrionner - Capucine, Susan Hayward - magnifique - (et sa dame de compagnie, Maggie Smith) et Edie Adams) (elles pensent hériter de Fox, les malheureuses...) (il faut dire aussi que ce satané Fox aime beaucoup Volpone - et moi aussi, je me souviens de Charles Dullin et Louis Jouvet... (1941, Maurice Tourneur)) (ici : image Gianni Di Venanzo, qui a commis aussi Huit et demi (Federico Fellini, 1963 - le plus grand film de tous les temps et de tout l'univers, certes ( cette appréciation, comme toutes les autres, est parfaitement subjective, oui) ici donc Fox c'est Rex Harrison (inoubliable (oscarisé) Henry Higgins de My Fair Lady (Georges Cukor, 1964) l'année suivante donc) qui ne parvient pas à ses fins : tant pis... (The Honey Pot en français Guêpier pour trois abeilles, Joseph L. Mankiewicz, 1963) (un de ses chefs-d'oeuvre)

08:56  
Anonymous ste said...

sabouchevamecrucifier

16:02  

Publier un commentaire

<< Home