lundi 5 octobre 2020

Poème express n° 792

posted by Lucien Suel at 07:56

6 Comments:

Anonymous Anonyme said...

(non, mais là : brune, cheveux au carré petite robe au dessus du genou regard certain de son charme - tous les hommes (et pourquoi pas les femmes) aimanté(e)s - pétillante drôle sympathique gaie heureuse - toutes les qualités) (film muet mais le parlant arrive, elle a 22 ans au moment du tournage qui se passe en Allemagne mais elle est américaine - avec le parlant elle disparaît des génériques du succès) (on s'est emparé pas mal d'elle et de son image - libérée, joyeuse espiègle même - mais (comme beaucoup) elle est morte seule et assez oubliée) (elle m'a toujours fait penser à Maria Callas, mais c'est sans autre raison que mon imaginaire) (ici ça finit très mal pour elle - Jack l'éventreur y est pour quelque chose) dans le poème, elle arrive sur le yacht où elle rencontre la comtesse (qui deviendra son amante et causera sa perte) - un très (grand) classique du cinéma, noir et blanc magique (photographie : Gunther Krampf, qui éclairera le Juif Süss, hein, dans cinq ans - Pabst (le réal) tournera aussi pour les nazis sans trop de problèmes éthiques au début des années 40) "la boite de Pandore" (titre original) indique la teneur moralisatrice du film (qu'on a vu en France seulement dans une version remaniée par la censure : si elle meurt éventrée donc, c'est que ses moeurs l'y ont conduite...) tout un programme... en France : Loulou (Georg Wilhem Pabst, 1929)

09:08  
Anonymous Anonyme said...

le miroir obscurcit encore ses traits, assoiffée de vengeance peut-être même au sang

[elle n'allait pas se soumettre au diktat misogyne prétendant que c'est toujours la faute de la femme]
[salutations amicales à sieur de la parenthèse, expert en cinématographie, tellement plus que moi)

Zéo [brrrr ça donne froid dans le dos]

09:37  
Blogger Unknown said...

Je viens de me faire une série (comme on se fait une toile) de poèmes express de Lucien Suel et de commentaires cinéphiliques de Piéro Cohen Hadria, quel rythme, et une avalanche d'images... Merci. hg

19:53  
Blogger Lucien Suel said...

Merci hg pour la visite et aussi pour th reçu ce jour.

20:36  
Anonymous Anonyme said...

@Zéo : le cinéma, un univers machiste impitoyable brutal et cruel : en un mot libéral... (pfff) Merci du commentaire
@hg: merci à vous (j'ignorai que ls avait reçu th hier: me voilà informé... :°))

07:56  
Anonymous Anonyme said...

Piéro, hélas oui, encore, le plus souvent. Et dans les années '70, ajoutons pédophilie et éphébophilie du cinéma français (Rhomer, le roi) (comme en photo, je pense à Hamilton, tellement louangé) au courant porno, surtout italien. Notre cinéma fiction est encore au biberon, point de vue histoire. Par contre, les films docu et d'animation, passés maitres et cela a débouché sur les spécialités liées au numérique et effets spéciaux. Cinéma fiction, longtemps obsédé par religion-c...-hockey. (aussi pfff + beurk). Merci aussi, c'est super sympa! ¦-)

Zéo

08:57  

Publier un commentaire

<< Home