vendredi 18 janvier 2019

Poème express n° 751

posted by Lucien Suel at 08:17

3 Comments:

Anonymous Anonyme said...

parfaitement - exactement un plan du film - au volant Nourredine Mostapha (flic plus ou moins (plutôt moins) (et/ou plutôt plus) véreux) (interprété par Fares Fares : entier dans le rôle) : il a à résoudre l'énigme du meurtre d'une chanteuse (dans la "vraie vie" (?) Suzanne Tamim, assassinée à Dubaï, égorgée, plusieurs coups de couteau) : le meurtre est vu par une femme de chambre soudanaise... (ne pas voir là un rapport avec un ancien directeur du FMI mais enfin...) : le film reprend cette terrible horreur) la chanteuse ici nommée Gina (la belle Hania Amar) meurtre commandité par un milliardaire ayant fait fortune dans l'immobilier (ne pas voir Trump dans cette allégorie, mais les sentiments développés sont semblables) - le flic fait son travail (on cherche à étouffer l'affaire mais il a un côté teigneux et poursuit son enquête : ici il cherche à mettre la main sur un dealer dans une rue proche d'un marché désaffecté)- il est d'humeur maussade, tout au long du film, il se fond dans l'ambiance pourrie de mafia et de prévarication où baigne non seulement la ville (c'est le Caire dans le film) mais tout le pays : cela se joue durant l'année 2011, la ville est secouée de soubresauts, chacun cherche à sortir sa vie du chaos - film magnifique "The Nile Hilton incident" (ce meurtre horrible devient un "incident") (Le Caire Confidentiel en France) (Tarik Saleh, 2017)

aparté : 4 captcha pour savoir que je ne suis pas un robot et me faire faire le travail des algorithmes, quelle plaie que cet internet

08:46  
Anonymous ste said...

la nuit déserte se rangea dans l'air

17:35  
Blogger Lucien Suel said...

Quelle histoire ! Je note le titre. C'est le Nilton. Pour les obstacles captchatoïdes, ça en rajoute à l'ambiance. Désolé.

08:33  

Publier un commentaire

<< Home