mercredi 26 avril 2006

Diétét(H)ique par Philippe Castellin

Philippe Castellin est surtout connu comme poète performer au sein du groupe multimédia Akenaton qu'il a constitué en 1984 avec Jean Torregrosa. Basé à Ajaccio, le même duo anime avec efficacité la revue et le site Doc(k)s consacrés aux poésies expérimentales, concrètes, numériques...
Nous connaissions Philippe Castellin, auteur de nouvelles de science-fiction, l'ayant rencontré au détour des pages de la défunte revue Univers.
Voici aujourd'hui un autre aspect de Philippe Castellin avec cet inédit :


DIETET(H)IQUE
Au XIXème siècle, ici comme ailleurs, les choses étaient claires.
les pauvres étaient sales et maigres.
les riches, gras.

Aujourd'hui les choses sont plus tordues.
Les pauvres des pays pauvres sont restés maigres
(ils le sont même de plus en plus, il faut penser au Biafra ou au Zimbabwe)
mais les pauvres des pays riches sont de plus en plus gros.

Au même moment les riches des pays riches font du sport
éliminent, mincissent. Ils vont aux eaux.

« aux eaux », dites-vous ? -

oui oui, les riches vontauxeaux
les riches se bougent

Les pauvres des pays riches mangent mal ; donc :
ils grossissent.

Jadis, ici comme ailleurs, les pauvres des pays riches
étaient aisément reconnaissables, ils pouvaient se faire plaindre :
ils étaient maigres.

Il y a de l'indécence de l'hypocrisie même, à prétendre se faire plaindre quand on est gras.
Voyez les riches des pays riches qui auraient sans mal les moyens d'être gros
et qui sont minces parce qu'ils font du sport et surveillent leur alimentation
ceux-là se prennent en mains, ont de la volonté, font des efforts.

Les riches des pays riches mangent bien.
Sans être des ascètes, ils ont une éthique
Mince n'est pas maigre

A chacun selon son mérite.

Chaque fois qu'un pauvre de pays riche mange un hamburger
un riche de pays riche devient plus riche ;

si le hamburger est un big le riche devient encore plus riche

Chaque fois qu'un pauvre de pays riche devient plus gros
un riche ou une riche de pays riche devient plus svelte ;

En gros, la différence
pas besoin de la cultiver
elle s'accroît d'elle-même.

Mais la saleté est restée égale
à part quelques progrès dans l'hygiène
grâce à l'école
Philippe Castellin

Libellés :

posted by Lucien Suel at 08:29

2 Comments:

Anonymous Jean d'Artois said...

Mais Celine stipule dans le Voyage qu'on reconnait un pauvre parce qu'il est trop maigre ou trop gros, le processus d'engraissment du pauvre des pays riches auraient commence debut vingtieme? Les Tziganes de roumanie ont toujours ete les plus pauvres de ce pays pauvre mais ont toujours ete aussi les plus gros ce qui enervait les moins-pauvres-mais-pauvres-tout-de-meme, en temoignera Jules Verne quand il sera appele a la barre.Pour ma part, j'ai remarque que les Noirs des coins pauvres des pays riches etaient a 70% gros, voire obeses, la cause etant les hamburgers vendus par les pauvres pour les pauvres servant a engraisser d'autres pauvres qui sont relatifs au dit vendeur pauvre qui doit aussi taper dans sa viande pour pauvres a l'insu des plus pauvres. D'ou le plan de relance du burger pate de tete-saindoux-moutarde de dijon ; no fat left behind !

16:51  
Anonymous orlando de rudder said...

LEs gens qui se "penennt en chargent", font des effeots pur maigrir me fotn bien plus peur que tous els autres. Ce n'est ni du courage ni rien, mais une meterie sur ce qu'ils sont.L'effort doit avaoit un but: promenade, balade en vélo et non une simple représentation de soi. Et la perversité du fitness, avec régimes morbides associés devient préoccupante.Plus que l'obésité réactionnalle du pauvre, qui est beaucoup plus saine!

Aux zétazuni, ça y est: des "jeunes de ballieu de là-bas, superentraînés s'amusent à la "chasse au gros"... on repère un obèse, on le course, on le rattrappe (facile!) in le cogne sans le piller, juste par haine, ou alors on le déshabille, on l'oblige à danser d'une façon ridicule, on filme, on se marre bien... c'est le dernier "racisme" à la mode!

06:35  

Enregistrer un commentaire

<< Home