mercredi 14 juin 2006

Un poème en vers arithmogrammatiques

agrandi
c'est lui
il grandit
je rétrécis
j'ai rétréci
je suis petit
..........................
il me regarde il est troué
il va vomir à la gueule du
monde il va me cracher sur
le crâne c'est un guerrier
vertical un vrai chevalier
en plastique soldat du gaz
gros moine un peu crasseux
confrérie du fréon son cou
se tord il attend le doigt
..........................
c'est la guerre des mondes
..........................
son flanc rond contient la
mousse la vapeur le parfum
son flanc est gonflé tendu
il attend en supportant la
pression interne témoin de
l'intimité il est troué il
me regarde il siffle c'est
un dragon synthétique avec
un visage télescopique mon
pouce pousse la mousse mon
pouce le soulage il siffle
..........................
il souffle il se répand il
ne retournera pas dans son
emballage de naissance son
temps est compté il finira
scorie pour l'incinérateur
..........................
il me regarde il est troué
L. Suel
Ce poème est extrait du recueil "Un trou dans le monde" qui vient de paraître aux éditions Pierre Mainard.

Libellés : ,

posted by Lucien Suel at 08:22

2 Comments:

Blogger strofka said...

J'écris aussi en vers " justifiés ", appelant pour ma part cela " isocélie ".


voici quelques strophes de mon cru :

http://zttpt.blogspot.com

Ravi de sa découverte,
str.

18:41  
Blogger Lucien Suel said...

Merci pour votre visite et ce commentaire. Certains utilisent le terme isolettriste.
Mais comme je n'utilise pas toujours le même nombre de lettres par vers, puisque pour les triangles par exemple, le nombre de signes peut être croissant, le terme arithmogrammatique (compter les signes) me paraît approprié dans tous les cas. Vous trouverez aussi des poèmes de cette sorte chez Nicolas Vasse et Patrice Houzeau.
http://nicolasvasse.canalblog.com/
http://patricehouzeau.over-blog.com/categorie-10755182.html
Bien à vous
LS

10:21  

Publier un commentaire

<< Home