mardi 27 novembre 2012

Sombre Ducasse (version justifiée) 7

si le point de départ vient à changer
aura-t-on le même point au final ceux
qui utilisent des bandes coulissantes
sur trois magnétophones n'anéantiront
plus le complexe comateux bande bande
bande blue stardust jack off moi j'ai
tout fait j'étouffais alors quel sera
le numéro silence silence silence ces
dispositions hétéroclites ces séances
particulières datent sans doute de 23
ans avant la dernière guerre nous les
détruirons les erreurs surtout celles
qui consistent à croire que les moins
grands sont les plus jeunes ou que le
plus grand est le plus vieux détruire
toute la hiérarchie serait saugrenu à
moins de placer les petits les moyens
les grands contre un mur de manière à
déclencher le feu des fusils à canons
sciés le sens de l'écriture a orienté
tout pour tous de manière ignoble les
maladresses ont été nombreuses il y a
eu trop de ça tout au long des années
des siècles à venir ceci n'allait pas
tout seul il faudra placer des garde-
fous plus rigides sur les limites des
manières de vivre aujourd'hui séparer
mettre à l'écart les cas gênants nous
avons trop peu de renseignements tous
nos souvenirs brillants de la seconde
guerre mondiale s'estompent déjà dans
les vents froids et foireux les vieux
partis au diable vos vers sont séchés
soumis à la question trop souvent ils
ne sont plus que d'anciens modèles de
voitures reproduits sur carte postale

Libellés : , ,

posted by Lucien Suel at 07:46

3 Comments:

Anonymous René Chabrière said...

Je ne suis pas là, je ne pourrai pas t'accompagner

dans la course, et découper le temps avec des

ciseaux,ainsi la musique se déroule, et les chevilles se coulent,

sans hiérarchie, sur la piste, il y a le parquet qui brille, les passages le frottement de la lumière,

et la musique de Coltrane, my favourite things, qui me rappelle, mais j'ai vérifié, c'était autre chose,

le film de Pierre Etaix,Yoyo... j'ai encore dans les yeux la fumée des usines qui rentre dans les cheminées, plutôt que d'en sortir, tu vois, j'ai sans doute égaré bien des souvenirs, en route, en semant trop de cailloux blancs - pour écouter le silence

je me suis un peu perdu, sur des chemins qui s'égarent.

Oui, j'aurais eu besoin de garde-fous, enfin, si on veut, si on parle de fous,

car justement, ce sont des voix d'hiver ( diverses), qui permettent de trouver la sienne,

les chemins de traverse, comment se rpérer faire que sa voie soit la sienne et sa voix personnelle...

J'ai traversé des tableaux sépia , croisé Francis Bacon à Paris,

pianoté un peu, et caressé la lumière qui se posait sur mes toiles.

Les vers séchés ( comme les lombrics égarés après une forte pluie), composent mes poèmes,

que je triture volontiers, en sautillant à cloche pied, varier les appuis, les cases de la marelle

pour aboutir à la case « ciel », j'écoute les voix diverses, je m'enrichis de ta voix...

et finalement j'ai laissé tourner les bandes magnétiques, laissé les ciseaux à d'autres,

mon univers est de la couleur et de l'argenté.

Passent d'anciens modèles de voiture reproduits sur les magazines...

16:49  
Anonymous René Chabrière said...

" je compte d'ailleurs publier sur mon blog "art et tique et pique", votre texte, suivi de ma "réponse" ( si vous m'y autorisez, bien entendu ), dans ce cas, je citerai l'origine, - auteur et blog - cela va de soi...

bien à vous

RC

16:51  
Blogger Lucien Suel said...

Cher René Chabrière, Merci pour ce beau commentaire. Bien entendu, vous pouvez reproduire cet extrait et votre poème en réponse. Je vous suggère de regarder la première version de ce texte. (dont vous pouvez aussi reproduire l'extrait qui vous convient. Bien cordialement. LS

17:08  

Publier un commentaire

<< Home