jeudi 22 novembre 2012

Il y a encore...


il y a encore le lever et
le coucher du soleil mais
tout est à vendre le pays
les travailleurs à vendre
la panse à vendre le sang
le feu liquidation totale

il n’y a plus de brochets
dans les fossés du hameau
il y a encore des harengs
dans la mer il n’y a plus
de manifestation ouvrière
ni de procession il n’y a
plus de charrettes à bras

il y a encore des volutes
de fumée montant vers les
étoiles il y a encore une
cuillère de confiture sur
la tartine beurrée il y a
encore un peu de fidélité

il est encore possible de
vivre avec les morts ceux
qui viennent vers nous et
qui nous regardent danser
dans le bocal du commerce

il y a encore la joie les
livres le vent les nuages
il y a encore les briques
d’argile cuite le travail
créateur les sourires les
larmes l’attente paisible

Extraits d'un poème publié dans "Nous ne sommes pas morts" aux éditions du Dernier Télégramme en 2008, présenté ici comme un écho par anticipation différée (hum) à ce poème de Sébastien Ménard.

Libellés : , , ,

posted by Lucien Suel at 07:56

3 Comments:

Anonymous Antoine Maine said...

Tout va bien
Il y a encore les livres les mots
Et les hommes qui les écrivent
Il y a encore le pain qu'on partage
Et la joie que vous apportez

Merci Lucien
Merci Sébastien

08:21  
Anonymous thoams said...

C'est encore beau !

09:44  
Blogger Lucien Suel said...

Merci Antoine, merci Thomas. C'est un plaisir de vous retrouver ici. Il y a toujours des poètes.

17:32  

Publier un commentaire

<< Home