mercredi 14 novembre 2012

Le Train de Tarkos 11

Christophe Tarkos
Le Train (11)

Le train passe vite, que le train glisse, passe vite, ne se retourne pas, s'en aille, course

Je n'ai pas attendu, je fus embringué, je ne me suis pas embringué dans le rouleau, le rouleau m'a embringué, je ne me suis pas laissé embringuer, je sais ce que ce faisait, je savais le faisant, je me suis embringué, je suis embringué maintenant, je suis bien embroché dans le circuit de feux et alarmes qui protègent, dans les horaires à la seconde et minute près de la signalisation et de la veille, automatique, quand la main ne manipule plus la manette, quand la tête penche trop, l'alarme peut sonner. Aucune alarme ne sonne.

Les moteurs électriques et les moteurs thermiques. Et le moteur du tracteur

J'ai eu des années pour m'anneler, de nombreuses années, de très nombreuses années. Je n'en dors pas, je ne m'endors pas, je ne dors pas, je ne suis pas endormi, je ne me suis pas endormi, je ne vais pas m'endormir. Ce je sonne. Ce je ne sonne pas. Je suis digne, moi. Je ne suis pas indigne. Puis je suis arrivé à m'anneler.

Libellés : ,

posted by Lucien Suel at 16:52

2 Comments:

Anonymous Danielle Carlès said...

Je ne passe pas vite. Je me retourne. Je cherche "anneler" dans le dictionnaire. Je ris. Ce train est un bonheur.

20:48  
Blogger Lucien Suel said...

Du bonheur, c'est tant mieux. Et le voyage va durer encore de longs mois. Il ne s'annulera pas. D'autant qu'à partir de maintenant, en raison de travaux et du passage des veaux sur la voie, il n'y aura plus qu'un arrêt par semaine. Il s'arrêtera chaque jeudi. Je le dis.

21:48  

Publier un commentaire

<< Home