mercredi 18 janvier 2006

Amouji / Amougies

Happy Birthday, Captain !
Don Van Vliet, a. k. a. Captain Beefheart, vient d’avoir 65 ans. A cette occasion, nous publions ce récit à propos du festival d’Amougies (1969). Ce texte a été écrit en 2000 en picard qui n’est pas la langue la plus utilisée dans la blogosphère. Nous le faisons suivre de sa traduction en français.



Amouji

(dukjavu Kaptenn-Bifartt)

dédikaçé a C. Edziré Déquesnes

Amouji, okonéchépon, chétin-tchiovilach in-Beljik, ponforlon d'Tourné.
Içapaçéla kitkos dpon ordinerr, iadja lontindcha, takavir, chéto in 1969, o mitan tchékan é tchépatur, omomin-tchékourjour.
Ia ula inmaousfestival edmuzik, katjour-edlon, katnwioci, gramindgroup, gramindjin, pop, rok, épi fridjass, toucha indzou dingran chapito, kofé par dékubulo-agazwal, épi delkaleurumenn.
Normalmin, chfestivalla yérodusfer in-Franss, aszalintour ed-Pari, mé ach mominla, elpé-i yéto komindé pa dzatardé, kizavott eltroul ed chéjon-n, épidleumuzik.
Ozalé mdir, kché korparel asteur, méadon, chéto graminpir.
Métoudi-kmi, chamarinjo, javapukerdalé in-Beljik ka-Pari.
Dechtinla, javokor ennviel-depat, enn depatakapott.
Jemrapelkor dechnuméro : 4844 FK 62.
Jlavoker emm depatt, javomem été in-Turki-aveuk, Istanboul, Izmir, émem pulonkcha.
Méjenn supon ichi pourdvizé dmin vo-iash in-Turki, arvénon a Amouji, sikonvoulé.
Lpremiéjourdechfestival, ja parti aveukminkomarat Léon, invré içaplo pon Léon, sin nonchéto Pierr, mékomm cin-nondfamil chéto Morin, nouzott inlaplo toudi Léon.
Lpremié swar d'Amouji, chéto touchénouviogroup pop-fransé.
Jennsupon sur demm raplé dtouchénon, surtoukejna pongardé eszafish, ekdin mézarshif jnapu kinmorciodprogramm, amitandékiré.
Koa kiavo ? Iavo : Mouving-Jélatinn-Plétz, épi Blossom-Toss, pi Amm Son, ékor chl'Indesskriptip-Kao-Ranpan.
Mé cha kshétovrémin nouvio-pouszorel, chéto l'fridjass, déjin komm Seni-Muré, Archi-Chep, Donn-Tchéri (li iémor asteur).
Iavo kor chl'Art-Inçimp-ed-Chikago, Djoakimm-Kunn, épikor Antoni-Brakstonn, Kéness-Téroad, éjeunn noubli surmin.
Vlatoudi, kankchel premierr nwi alatéfinitt, Léon-pimi in a rvénudormir a-Lil, dinsskamp-alrézidinch.
Omatinjmadi kjalo artourné a Berguett, pour mikerr min jon-nfrerr Joël, jéto sur kcha alo liplerr.
Ejna profité pourmi printt em tentt, épi mkapott in piodmouton, kjavo akaté a Kouchadaçi, o parfon del Turki.
Arvénu a Amouji, poul deuziemm jour, in amonté noutentt akoté dechgranchapito.
Éyaravo dzott konçer, del popmuzik, cha, inn-navo gramin : Tenn-Ieur-Zafteur, Kolo-Séom, aveuk Dik-Estal-Smit, Karavann, Iéss, Istofideun, aveuk Def-Arbuss, chtikiavo inkapio nwar, ékijuo duviolon.
Iavo oci korinko, du fridjass.
Chass suivo komcha : komkiavo de-çenn, adon, chéto in ko del pop, in ko du fridjass.
Jem rapelratoudi chl'Art-Inçimp-ed-Chikago, ak Jozef-Jarmann, kiafé sinstriptiss alafin dsinspektak ; iavofok esguitarsurli, chéto ennguitar blank.
Echswarla, in navu oci Pink-Floït, chéto lpremiéko kijuott such kontinin.
Akech'Léon épi min frerr, in sza akouté, ralonjé din nou sakettkouchash.
Miiiar détoupp ! A kchéto bio ! astronomi-dominé, e-soceurfoul-ofcikwets, toudébiomorcio, kin-nalo artrouvé din chlalbomm ou-ma gouma.
Finalmin, enn sapon servi dchell tentt, in navopukerr resté indzou dech chapito, parel ek kazitertouss.
A forsh dett matt, in navo fini parsinbronké, é chech bateur dché Préti-Singz kinouza révéyé.
Amitan indormi, ja intindu krié : "Guéteup ! Guéteup ! Guéteup ! Guéteup !"
Ibuko in memmtan, suss sinbal, komm sikchasro enncastrol.
Li, inndormopon ! Yamem monté ach pilonn, toudi in bra-yan. I féjo in rafu edchinmildjapp.
Pialfin, iavnuabou dferselvé gramindjin.
Épivla kché Préti-Singz, izonpujué, ékomcha onz-za akouté.
Méam mott, kché lderniéjour kchakorété lpubio.
In néto açiparterr din nou sak, iavo dejon-n Zinglé just akoté dnou.
In nadvizé intchokouaveuk.
Idmindott sike ch'Kaptenn-Bifartt yalo jué echkochi.
I zavott princhbatcho just pourelvir, li.
Mijakashé din min programm, sikiy-yéto, méjamé javo intindu parlé dechtomm la.
Piak Léon, insadi, didju, sikion vnutsilon espré pour li, chekcha dou ett kitkoss !
In navo djavu, épi intindu, dzaffer pon ordinerr, komm ché Naïss.
Falo vir Kess-Émersonn chinchonné snork. Ilsoulvo, pi illécho arkerr, échaféjo insakré potin. In npeupon dir kirespekto sninstrumin.
Iavo uoçi Soft-Machinn, épi Gong aveuk Daniel-Lalou écin tanbour, é Davidalenn, kijuo del guitar, ingratan chékortt ak inkoutcho.
Épikor, touch'fridjass sovash.
Étoucha, chéto prézinté par Frank-Zapa, in gran teskogrif, inchirégann.
Liiféjo lbeu aek tertouss.
Justemin, ia oci jué ak ch'Kaptenn-Bifartt.
Ach mominla, jenn savo pon kiss konéchott, ki zavott été alékol insonn.
Adon, justemin, chéto vnu ltour ach fameu Kaptenn ed jué smuzik.
Jmami aroutt, ammraproché delsenn.
Pour cha, jadupaçé padzeur toucheula, matuzé, kidormetteparterr, dinleu sakettcouchash.
Jma rtrouvé tou just a droitt delsenn, al mem plash ekjavo ravizé Davidalenn, ak Gong.
Cha iié ! Zé vla ! Irintt sulsenn, ch'Kaptenn-Bifartt, ak sin Madjik-Bentt.
Iadkwaett sézi : ia ch'Maskara-Snek, akenn sortt edmaskagass, ak dzabibizar.
Chéto kommdinchlalbomm troutmaskréplika, kja akaté kiktan apré.
Éli, Kaptenn Bifartt, iavo in kapio otform, épienn kapotapan maron, akdé grantt bott incuir.
Dinsmin, iténo in paké-tfeul, ak ché parol.
Izon kminchéajué.
Jnavojamé intindu kitkoss edparel, delforshpur, delpoézi kit kéyo dzeur, komenn aversh aziudvak.
Jelvo-yo, li, aksin paké-tfeul dinsmingosh, itapo sbottaterr, totin dijan sépoem.
Insakré kreu, cha, in peu ldir, enn vwa kalfeujo tran-né lpio dché baff.
É bin mi, ejnin sujamé arvénu.
Kikmo apré, javo réuci a akaté toucédisk.
Jeszakor toudi. Ikrakt tertouss, aforsh deuz zavoir rakouté é rakouté.
Chéto ia trantan dcha, é chafé kmi oci, injour, jamonté sulsenn, kja fé min group.
Asteur, chsé keu ch'Kaptenn, i sa artiré, kivi dinss karavann, o mitan deuch dézer Mojav, in Kaliforni.
Pimemm, la, chsu intchopeu tristt, inbuzian ali, kinmadi kiéto for malatt.
Mé chtomm la, inn peu mi morir.
Smuzik aladoné delvi a sitan djin.
Inn peumi sin nalé.
Li, ié din mtett, i é din mézorel, i é din min vintt.
Chéchachelmuzik !
Chéchachelpoézi !

Lucien Suel
Berguett, avril-mai 2000



Amougies
(où j’ai vu Captain Beefheart)

Amougies, vous ne connaissez sans doute pas.
C’est en Belgique, un petit village, proche de Tournai.
Il s’est passé là un événement inhabituel.
C’était il y a pas mal de temps, voyez-vous, à l’automne 1969, au milieu des champs et des prés.
S’est déroulé là durant quatre jours et quatre nuits, un imposant festival de musique avec un grand nombre de groupes et des spectateurs venus en foule.
Pop, rock et free jazz, le tout sous un énorme chapiteau chauffé par des brûleurs au fuel et de la chaleur humaine.
A l’origine, ce festival devait avoir lieu en France, dans la région parisienne, mais en ce temps-là, le pays était dirigé par des gens rétrogrades qui avaient peur des jeunes et de leur musique.
Vous me direz que les choses n’ont pas changé, mais à cette époque, c’était bien pire.*
Toujours est-il que ce changement de lieu me convenait. Je préférais me rendre en Belgique plutôt qu’à Paris.
A l’époque, je possédais une vieille 2 CV, une 2 CV bâchée.
Je me souviens encore de son numéro d’immatriculation : 4844 FK 62.
Je l’aimais bien, ma 2 CV. Avec elle, j’étais allé en Turquie, Istanbul, Izmir et plus loin encore.
Mais je ne vais pas vous relater mon voyage en Turquie. Revenons à Amougies, si vous le voulez bien.
Pour le premier jour du festival, j’étais parti avec mon ami Léon, qui s’appelle en fait Pierre mais, son nom de famille étant Morin, tout le monde l’appelait Léon.
A Amougies, la première soirée était consacrée aux nouveaux groupes pop français.
Je ne suis pas sûr de me souvenir de tous les noms, n’ayant pas conservé l’affiche du festival. Dans mes archives, ne me reste qu’un fragment déchiré du programme.
Qui était présent ? Moving Gelatine Plates, Blossom Toes, Ame Son, L’Indescriptible Chaos Rampant...
Assurément, ce qui était vraiment nouveau aux oreilles, c’était le free jazz avec des personnalités comme Sunny Murray, Archie Shepp et le regretté Don Cherry.
On découvrait aussi The Art Ensemble of Chicago, Joachim Kühn, Anthony Braxton, Kenneth Terroade et bien d’autres que j’oublie.
A l’issue de cette première nuit, Léon et moi sommes rentrés dormir à Lille dans sa chambre d’étudiant à la résidence universitaire.
Le matin venu, j’ai décidé de rentrer à Berguette pour aller chercher mon frère Joël. J’étais sûr qu’il apprécierait.
J’en ai profité pour emmener une tente et le manteau en peau de mouton que j’avais acheté à Kusadasi, au fin fond de la Turquie.
De retour à Amougies pour la seconde journée, nous avons installé notre tente à proximité du grand chapiteau.
Et les concerts ont repris.
Beaucoup de pop music : Ten Years After, Colosseum (avec Dick Heckstall-Smith), Caravan, Yes, East of Eden (avec Dave Arbus, le violoniste au chapeau noir).
Et encore une fois, du free jazz.
C’était ainsi : comme on avait installé deux scènes, on passait d’un concert pop à un concert free jazz, et ainsi de suite...
Je n’oublierai jamais le concert de l’Art Ensemble de Chicago, avec le strip-tease de Joseph Jarman terminant le spectacle, uniquement « revêtu » de sa guitare blanche.
C’est ce soir-là que nous avons vu Pink Floyd dont c’était le premier concert sur le continent.
Avec Léon et mon frère, nous les avons écoutés, allongés dans nos sacs de couchage.
C’était extraordinaire ! Sublime ! Astronomy Domine, A Saucerful of secrets, des morceaux magnifiques que nous allions retrouver plus tard sur l’album Ummagumma.
En fin de compte, nous n’avons pas utilisé la tente. Nous avons préféré rester comme pratiquement tout le monde, sous le chapiteau.
A la longue, la fatigue nous a gagnés et on s’est endormis.
C’est le batteur des Pretty Things qui nous a réveillés.
Dans mon sommeil, j’entendais crier : « Get up ! Get up ! Get up ! Get up ! »
En même temps, il frappait sa cymbale, à l’instar d’une casserole.
Ah, il ne dormait pas, lui ! Toujours hurlant, il a escaladé un pylône. Il produisait un vacarme incroyable.
Finalement, il a réussi à faire se lever un maximum de gens.
Et les Pretty Things ont pu commencer leur concert, avec des auditeurs !
Selon moi, c’est la dernière journée qui fut la plus réussie.
Nous étions assis sur le sol dans nos sacs de couchage près de deux jeunes Anglais.
Nous avons bavardé un peu avec eux.
Ils nous ont demandé si Captain Beefheart était bien programmé pour ce jour-là.
Ils avaient fait la traversée uniquement pour lui.
J’ai vérifié dans mon programme. Je n’avais jamais entendu parler de ce personnage.
On s’est simplement dit, Léon et moi, qu’à venir de si loin uniquement pour le voir, il fallait que ce soit quelque chose d’étonnant.
Nous avions déjà vu, et entendu des choses exceptionnelles, Nice notamment.
Imaginez Keith Emerson maltraitant son orgue, le soulevant et le laissant retomber de tout son poids dans un bruit effroyable. Ah, on ne pouvait pas dire qu’il respectait son instrument !
On avait aussi vu Soft Machine, et Gong avec Daniel Lalou et son tambour, et David Allen qui grattait les cordes de sa guitare avec un couteau !
Et aussi, tout ce free jazz sauvage !
Et le tout présenté par Frank Zappa, grand escogriffe revêtu d’un ciré jaune, et qui faisait le bœuf avec tous les musiciens.
Et ce soir-là justement, il a joué avec Captain Beefheart.
A ce moment, j’ignorais qu’ils se connaissaient, qu’ils étaient allés en classe ensemble.
Enfin, le voici ! Le fameux capitaine va nous présenter sa musique.
Je me suis levé pour me rapprocher de la scène.
Il me fallait enjamber tous les spectateurs épuisés, endormis sur le sol dans leurs sacs de couchage.
Je me suis installé à droite de la scène, juste à l’endroit d’où j’avais écouté et observé David Allen avec Gong.
Voilà ! Ils arrivent. Ils entrent en scène, Captain Beefheart et son Magic Band.
Une vision saisissante : voici le Mascara Snake affublé d’une sorte de masque à gaz et portant d’étranges vêtements.
Tout juste comme sur la pochette de l’album Trout Mask Replica que je me suis procuré peu de temps après.
Et lui, Captain Beefheart avec son chapeau haut-de-forme, sa redingote marron et ses longues bottes de cuir, tenant à la main une liasse de feuilles, les paroles des chansons.
Ils commencent à jouer.
Je n’ai jamais rien entendu de pareil, une force pure, la poésie qui vous tombe dessus, comme une averse d’orage.
Je le vois, sa liasse de feuilles dans la main gauche, marquant de sa botte le rythme tout en déclamant ses poèmes.
Une voix d’une puissance incroyable, qui fait trembler la peau des haut-parleurs.
En tous les cas, j’en suis encore ébahi.
Quelques mois plus tard, j’avais réussi à me procurer tous ses disques.
Je les ai toujours. Ils craquent tous à force d’avoir été écoutés et réécoutés.
C’était il y a une trentaine d’années. C’est à cause de ça qu’un jour, moi aussi, je suis monté sur une scène, avec mon groupe.
Aujourd’hui, je sais que le Capitaine s’est retiré, qu’il vit dans une caravane, au milieu du désert de Mojave, en Californie.
De fait, d’ailleurs, je suis un peu triste en pensant à lui. On m’a dit qu’il était très malade.
Mais cet homme-là ne peut pas mourir.
Sa musique a donné tant de vie à tant de monde.
Il ne peut pas nous quitter.
Il est dans ma tête, il est dans mes oreilles, il est dans mon ventre.
C’est ça, la musique !
C’est ça, la poésie !


Lucien Suel
Berguette, avril-mai 2000
(traduit du picard par l’auteur en mai 2005)

* Cette assertion est discutable, notamment dans la mesure où, de nos jours, il existe des « musiques de jeunes » obligatoires (cf Fête de la Musique, techno-parade, ...). Note de l’auteur, mai 2005.

Le texte original a été publié dans la revue Ffwl.
L’ensemble a paru pour la première fois sur le blog « Terrains vagues ».

Libellés : , ,

posted by Lucien Suel at 09:03

7 Comments:

Anonymous Tlön said...

Take care with that axe Eugene.

19:51  
Blogger Didier said...

21:50  
Anonymous Jean d'Artois said...

Bin ti teun'da eu deul'kinch'! eud'raviser tou ch'te biau monte la, Donn Tcherry pis sin capiau avec des tiotes brinques eut'sus. pis a amouji ! ach'teur, in belgique, ch'est ker pis t'as pu fo qu'du brin ! amo qu'ch'eto tout pu fin en 69, armarque qu'mi, j'etos core din les coules a min fu...

21:59  
Anonymous Jean d'Artois said...

L'affiche de ce festival est fabuleuse. Vous avez vu Pharoah Sanders ? Je l'ai vu à New Orleans avant que la ville ne s'effondre, très vieux, il avait du mal à marcher et à jouer, devant un parterre d'une vingtaine de personnes... 69, c'est l'année de ce fabuleux album qu'est Thembi (j'crois), et Mu de Don Cherry et Ed Blackwell. Tout ça sous un même chapiteau, à peine croyable (Silva, Burrel, Lacey, Cherry...). D'ailleurs il existe une belle compilation (faite par Thuston Moore de Sonic Youth) tirée du catalogue BYG/Actuel 69-71, avec une grosse partie des musiciens qui ont le nom sur l'affiche du festival d'amouji (!). Peut-être l'avez vous déjà, sinon...

01:30  
Blogger S.L. said...

Merci pour vos commentaires,
--à tlön : Ce morceau était au programme. Je me souviens particulièrement du long hurlement dans son milieu qui nous avait glacé le sang...
--didier : Je n'avais plus entendu Dachau Blues de si bon matin depuis ce 29 octobre 1969.
--jean : Oui, Pharoah Sanders aussi. Et Don Cherry en duo avec Joachim Kühn. Il existe deux films de cet évènement, tournés par Jérôme Laperrousaz, mais malheureusement, ils ne sont pas distribués.
Bref, pour moi, ce fut un évènement fondateur...

08:12  
Anonymous Gargouillax said...

Bonjour, contrairement à la rumeur et selon son ami Anton Corbijn qui l'a visité recemment, Don Van Vliet se porterait comme un chef et aurait quitté le Mojave pour s'installer avec sa compagne dans un petit port paisible de la Californie du Nord.

(Source : Rock&Folk, Mes disques à Moi : Anton Corbijn, c'était dans l'avant ou avant avant dernier numéro)

13:30  
Blogger S.L. said...

--à Gargouillax, merci pour la bonne nouvelle. Le poème a été écrit il y a déjà 6 ans et à l'époque, il y avait, c'est vrai, cette rumeur à propos d'une maladie grave (sclérose en plaques ?.

16:35  

Enregistrer un commentaire

<< Home