vendredi 30 mars 2018

Poème express n° 715

posted by Lucien Suel at 07:21

6 Comments:

Anonymous ste said...

L'inconnu faisait quelque chose dans Irène.

07:53  
Blogger Lucien Suel said...

C'est plausible...

08:02  
Anonymous Anonyme said...

(en vrai, Irène c'est Christiane (Edith Scob : elle était aussi dans "La tête contre les murs", le précédent, une actrice formidable, on l'adore - même dans le "Holy Motors" de Leos Carax (2012) c'est pour dire) lui, c'est son père, il est chirurgien - le plus salaud des salauds, c'est lui - c'est Pierre Brasseur (ça finit mal pour lui, heureusement), mais ça pourrait être Jules Berry - quoiqu'il jouait plutôt des personnages sans culture - ça se passe dans une propriété en banlieue, c'est glauque à souhait, ça sue l'angoisse du début à la fin : c'est une vraie merveille) (d'ailleurs Georges Franju ne déteste pas ce climat : ça n'a rien de fortuit) (image aussi Eugen Shüfftan, c'est celui des Niebelungen (1924) et de Metropolis (1927) de Fritz Lang (période allemande) qui magnifie aussi l'ambiance) (musique Maurice Jarre, extra) (presque toute l'histoire du cinéma qui défile, classique des classiques : Les yeux sans visage (1959)...

08:38  
Anonymous Dominique Hasselmann said...

J'aime le livre d'Aragon qui porte ce prénom.

12:26  
Blogger Lucien Suel said...

Prénom complément d'un nom qui rime avec Aragon.

12:29  
Blogger Lucien Suel said...

J'ai vu ce film "Les yeux sans visage", très jeune, au ciné-club. Un film inoubliable. Pour les images, le visage, justement, d'Edith Scob, et aussi et surtout la bande-son... J'ai encore dans l'oreille les aboiements des chiens.

18:39  

Publier un commentaire

<< Home