mercredi 5 novembre 2014

Tours et détours (2/3)

La morosité fond aussi. Le paradis de
l'osmose tend son voile. L'erreur est
humaine. L'horreur, de même. La tenue
est colorée, l'habit est jaune, bleu,
vert, violet, indigo, la veste rouge,
orange, mais la cendre couvre la tête
des orphelines. Mignonne, allons-voir
si la rose ne s'est pas flétrie. Soin
du visage, pansement, yeux, paupières
noires. Je ne vois rien de rien. Tout
est bien. Je me sens bien de bien. Je
peins le ciel. C'est féerique. Avide,
le chien rogne l'os odorant. Le zeste
de citron bâille au fond du sachet de
la poubelle. Les crayons s'évaporent.

Le bois m'épuise, couleur de reptile.

Ne pas bramer en ma présence, le cerf
le comprend. L'oeil violet encore, et
l'orteil atrophié, l'archiviste boude
au milieu de ses cartons. Ostéoporose
qui menace, les hanches gonflent. Ils
(les savants) enfilent les jambes des
pantalons par la tête. La vie mélange
les douleurs. Le feu étincelle. Néon,
napalm. Tout roussit et Osiris aussi.

La lune sombre dans le violet, drapée
dans un pagne synthétique. La joue du
noyé mastique l'orange. Icare se perd
dans les coussins, bat des ailes, bat
des pieds, piaille dans le soleil. Je
ne sais pas pourquoi il pleut. L'ours
des montagnes déchire les semelles de
ses baskets aux ronces du sentier. La
terre s'éboule. Le sable s'égrène. La
boue s'étale. Le goudron fond sous le
piéton. La rillette s'étale. La lutte
continue. Dans le milieu de bruyères,
le mâle s'incline, son chant sonne en
cascade métallique. Le sédatif glisse
le long des longues tresses de la fée
Viviane. Combien parmi les veilleurs,
se sont endormis dans les vignes ? Le
soufre s'infiltre dans les labours de
neige noire. L'Hadès de pérégrination
écrase les tempes. Le ministère de la
vérité sera exercé par des garçons de
cabine. Tout cloche. On va décrocher.

Libellés : , , , ,

posted by Lucien Suel at 08:20

2 Comments:

Blogger Estelle Vignoli said...

Grand poète, j'adore !

23:49  
Blogger Lucien Suel said...

Et moi, j'aime beaucoup votre commentaire ! Merci, Estelle !

18:47  

Enregistrer un commentaire

<< Home