mercredi 28 novembre 2012

Trois petits tours avec L'Albatros

J'ai participé à l'ouvrage collectif "Tours et détours en bibliothèque : carnet de voyage" publié par l'Enssib à l'occasion de son vingtième anniversaire. 
A propos de L'Albatros, médiathèque d'Armentières, j'ai écrit un texte en vers justifiés, 20 blocs de 1000 signes. 
Voici le début de ce travail, les deux premiers blocs et un peu plus...

1
Les livres et les lieux où je peux en choisir sont
à mes yeux, aussi nécessaires à la vie, que frites
et bière, friteries et brasseries, air et eau, mer
et ciel, jardin et maison, amour, chaleur, travail
et connaissance. Une consommation sans modération.
Albatros. Oiseau de la famille des diomédéidés. Il
est, dans « Spleen et idéal », la triste métaphore
du poète, au début du recueil Les fleurs du mal de
Charles Baudelaire. L’Albatros est aussi le nom de
la médiathèque d’Armentières. Est-ce à cause de la
forme architecturale du bâtiment ou pour saluer le
poème, le poète, la poésie que ce nom fut choisi ?
J’étais venu ici, incognito, visite clandestine en
2008 pendant ma résidence d’auteur au G18, secteur
de psychiatrie générale, à l’EPSM Lille Métropole.
Un personnage de mon roman en cours fréquentait la
médiathèque d’Armentières. Repérages. Impressionné
par volume des lieux et silence « cathédralesque »
ambiant. La sortie du roman donna l’occasion d’une
entente entre l’hôpital, l’éditeur, le libraire et

2
la médiathèque. Guillaume Coustenoble, responsable
du secteur adultes était venu m'interviewer. Vidéo
diffusée à L’Albatros en septembre 2009. Guillaume
et son adjointe Keara Berger, du rayon fiction, se
joignirent à moi pour lire quelques extraits de La
Patience de Mauricette lors de la fête organisée à
l’hôpital pour la présentation du livre au public.
Exactement deux ans après, me voici de retour pour
un nouveau motif, travail sur la médiathèque même.
1ère visite à L’Albatros, 30/11/2011. Je rencontre
sur rendez-vous, Sandrine Vansteelant, directrice,
Tatiana Dumont, coordinatrice des actions Culture.
Devant un café, je leur parle du projet « Tours et
et détours en bibliothèque ». Je viendrai observer
le lieu, voir ce qui s’y vit, ce qui s’y passe, en
février. Et je propose aussi de m’intégrer à titre
gracieux dans la programmation des rencontres avec
les auteurs à l’occasion de la sortie de mon roman
Blanche étincelle. Nous fixons la date du 7 avril.
L’Albatros et sa couverture d’inox comme un papier

3
précieux. Je la regarde, saveur chocolatée dans la
bouche. Livres protégés par une pellicule argentée
comme ce Dali édité par Draeger au Soleil Noir qui
ressemble à une boîte de chocolats fins. Ici, près
de la Belgique, vue de l’extérieur, la médiathèque
pourrait m’évoquer une boîte de Léonidas, mais les
parois en verre transparent me rappellent au réel.
[...] 


Libellés : ,

posted by Lucien Suel at 08:14

2 Comments:

Blogger Julien Boutonnier said...

C'est très délicieux à lire cela.

22:42  
Blogger Lucien Suel said...

Merci Julien de faire part de votre délectation. J'espère que vous aurez l'occasion de découvrir l'intégralité de ce texte.

14:51  

Publier un commentaire

<< Home