lundi 31 octobre 2005

Mes troènes


Mes troènes

Il revenait de loin. Tous les Boches crevaient ;
Le pâle Otto aussi trempait dans la bataille ;
Il allait sous le ciel, il criait aïe ! aïe ! aïe !
Oh ! là là ! que j'ai mal ! Mon bidon est troué !

Sa tunique-culotte avait des gros boutons.
- Foutu Fritz effrayé, avec la mort aux trousses,
Débâcle. Son moral au zéro, à bout de course.
- La toile à matelas maculée de marron

Il se la reniflait, assis au bord du lit,
Ces longs soirs de novembre où sentant l'eau de vie,
Il s'écroulait dans son châlit, les pieds puants ;

Ou hurlant au milieu des arbustes sa haine
Comme délire, il tirait dessus mes troènes
Avec sa mitrailleuse, des balles, métal ardent !

Libellés :

posted by Lucien Suel at 07:25

2 Comments:

Anonymous AprèsLaPlage said...

Aucun rapport avec le texte ci-dessus. C'était juste pour vous dire bonjour, vingt ans après que nous fûmes croisés pour la petite aventure Après la plage... jcn

17:21  
Blogger S.L. said...

Presque 20 ans ! C'était à l'automne 1986 dans le n° 4 d'Après La Plage. Mes archives sont précises...
Un bon souvenir.
Le texte s'intitulait "Sans espoir de retour du courrier".
Il n'y a pas de hasard!
Merci pour la visite et le salut.

17:53  

Enregistrer un commentaire

<< Home