lundi 28 décembre 2020

Poème express n° 814

posted by Lucien Suel at 07:15

3 Comments:

Anonymous Anonyme said...

(c'est à cause de ce chiffre, 813, que c'est venu - un prix de l'association pour le livre de Marc Behm - adapté par audiard michel et jacques son fils (je ne suis pas rancunier mais j'ai de la mémoire et le passage du père dans la feuille "l'appel" dans les années noires - il n'avait pas vingt cinq ans (il est de 20)- m'indique une turpitude (l'antisémitisme) que j'agonis) celui qu'on voit ici, c'est l'Oeil (je ne suis pas complètement sûr du pick-up (qui m'a fait penser au héros Longmire (Walt je crois) de Craig Johnson) il est gravement déprimé et suit dans ses meurtres une certaine Catherine (Isabelle Adjani, ici splendide) Leiris (comme Michel : vois-tu le topo ?) - je ne suis pas certain non plus que l'Oeil en question (interprété par Michel Serrault - de son vrai nom de personnage Louis Beauvoir - vois-tu l'allusion ?) se sente particulièrement "devenir" un homme ou en avoir presque l'impression, mais l'image (de Pierre Lhomme) la mise en scène (de Claude Miller) la musique (de Carla Bley : extra) (et Schubert) donnent à cette histoire un versant tragique qui m'avait convenu (je l'ai vu à sa sortie, en 1983) (pas revu depuis) (j'aimais (à cause de "Dites lui que je l'aime" (1977) et "Garde à vue" (1981) - et j'aime toujours - les réalisations de ce Miller-là, notamment aussi le suivant, "l'Effrontée" (1985) bien meilleur d'ailleurs (Bernadette Lafont et Charlotte Gainsbourg et la petite Julie Glenn, si tendre - c'est la fille à Pierre-William) Mortelle randonnée (Claude Miller, 1983)

08:31  
Blogger Lucien Suel said...

Oui, je vois : de Longue mire à Beau voir, c'est logique.
Ceci dit les bouquins de Craig Johnson sont tous intéressants

18:00  
Anonymous ste said...

il
malgril

01:59  

Publier un commentaire

<< Home