lundi 17 août 2020

Poème express n° 778

posted by Lucien Suel at 06:58

3 Comments:

Anonymous Anonyme said...

(ah voilà qu'on reprend un lundi - mais ce sont les vacances du commentateur - on s'en fout tu me diras, et tu auras assez raison) (enfin en ces jours, les vacances...) reprenons : est-ce bien à moi que tu parles ? (c'est ça, renifle Travis...) un des sommets du cinéma contemporaisn (le Nouvel Hollywood, mais à New-York...) : Scorcese aime quand gicle le sang, que les coups pleuvent, que les hommes payent enfin leur dû, un peu comme Paul Schrader ici au scénario (palme d'or à Cannes quand même mais sans Thelma Schoonmaker - monteuse - elle a commencé à travailler avec lui en 1980 sur Raging Bull (1980) (oscar du meilleur montage: bing !) - mais avec Bernard Hermann qui fait une musique magnifique - comme d'habitude : il travaillait aussi avec Sir Alfred Hitchcock) (pour édulcorer, on classera le film en "drame psychologique") (le film a rapporté 22 fois ce qu'il a coûté - le box office du cinéma est assez secret mais pas pour ce genre d'information...) (Jodie Foster a douze ans : je tiens une photo d'eux deux (Jodie et Robert) en monsieur et madame Untels quelque part (dans un jardin de l'hôtel Majestic (je crois), à Cannes, lors de la présentation du film), on pourrait peut-être la poser pour illustrer encore ces poèmes) (Taxi Driver, 1976) (on notera qu'un autre film porte le même titre, indien celui-là, réalisé par Chetan Anand (son fils, Dev, en chauffeur de taxi, Uma Anand au scénario (une affaire de famille, en effet) en 1954 - une histoire d'amour plus calme quand même mais en chansons ...)

09:36  
Blogger Lucien Suel said...

Merci pour ce retour sur les chapeaux de roues (entre parenthèses) !
you talkin' to me

10:44  
Anonymous ste said...

les narns frémissants
(mister suel est si tellement de retour).

13:08  

Publier un commentaire

<< Home