vendredi 13 avril 2018

Poème express n° 717

posted by Lucien Suel at 07:14

4 Comments:

Anonymous Anonyme said...

(ce qu'il est bien, dis donc) (comme elle vient de s'en aller, et qu'on l'aimait assez, ce sera elle) (ça pourrait aussi bien - non moins bien mais quand même - se tenir dans "le ventre de l'architecte" (Peter Greenaway, 1987) encerclé par la psychose à Rome, pas si mal mais non) la préparation du repas, le repas le plus fastueux jamais conçu dans ce coin paumé du Jutland, une merveille et la cuisinière (silence, ses mains ses yeux, son regard son sourire, cette merveille) la table et le chemin de fleurs, les mets choisis les ingrédients, cette femme, magnifique Babette, cette française qui fuit la répression de l'ignoble thiers -sans majuscule pour la crevure- on en connaît d'autres ces temps-ci- et prépare ce repas (inspiré d'une nouvelle de Karen Blixen): la joie Stéphane Audran, ôtée à notre affection il y a quelques semaines)(Le festin de Babette, Gabriel Axel, 1987 - oscar du film étranger 1988 quand même)

08:03  
Blogger Lucien Suel said...

Merci (il me plaît bien aussi) et j'ai toujours eu un "faible" pour Stéphane Audran.

08:07  
Anonymous Anonyme said...

moi aussi (j'ai collé une photo d'elle pendant le week-end sur la page des liens P/E*...)

08:18  
Anonymous ste said...

poingsmainmainyeux pause

11:14  

Publier un commentaire

<< Home