samedi 27 décembre 2014

Il pleut ou il fait beau... (39)

Eaux du golfe trouées d'éclats lumineux, verres-miroirs pullulent en grève
et les bikinis rétrécis par bronzage, et les gracieuses nonchalances charnues
à ligoter près avec des cordons serrés à rideaux sur chaise.
Imper beige remisé (col rabaissé, mains non fourrées et ceinture lâche) ;
tout tend en déprime, incite à se couvrir d'une bâche
mais tiré en jovial j'ai presque envie de m'aimer :
je viens d'arrêter de déchirer les draps pour me pendre,
pose une fesse en bord de table et écoute moumoute amplifiée.
Récepteur en fréquence diffuse bruit de souffle continu zébré de crachotements,
bribes de dialogues lointains, haut-parleur ouf, syllabes nasillardes inaudibles aux bardes.
Sentiment que l'aéré va m'en délivrer et du lourd
comme en lampe de chevet quand on s'époumone en vrai.
Ventilateur lâche. J'en apprends aussi par ventilé. Moumoute diffuse fugace :
« patientez relax en couloir pendant que je rhabille mon corps sexué » ;
« le ciel est chargé de nuages, sûr il va pleuvoir demain » ;
et, entre sévères bourrades coupées de gifles, homme aux plumes anti-sueur
dit que pli n'est pas perdu, oh non ! Juste égaré !
Eux aussi se meuvent en pluie et font avancer leur enquête
des ris qu'ils prennent aux garcettes ou larguent d'averses.
Moumoute m'informe peu. Je reste en imper aimable peu fourré :
hors poche, déçues en instruction, mes mains vaines butinent en boutons.
Le mot disparu en poche n'est pas leur pli égaré :
sont évoqués frisquet documents révélateurs qu'épreuve d'égarement a impressionné.

à suivre...
« Il pleut ou il fait beau tout le temps au début », un feuilleton de St. Batsal(le pôle qu'elle nie)
ce texte n'est pas tiré d'un vrai fait divers, de même que toute ressemblance, y compris en URSS.

Libellés : , , ,

posted by Lucien Suel at 06:52

1 Comments:

Anonymous annajouy said...

l'imper aimable quelle jolie trouvaille...

11:54  

Publier un commentaire

<< Home