jeudi 14 mars 2013

Tout doit disparaître


Action photo de MonsieurMadame Di Chiappari
Sète, juillet 2012

d'après un poème extrait de "Nous ne sommes pas morts", éditions du Dernier Télégramme


tango romeo oscar uniform

tout doit disparaître les
quatre éléments le feu la
terre l'eau et l'air tout
est à vendre à vendre les
tondeuses à gazon le sang
le métal la morale le blé
l'homme et ses enfants la
vertu et les portables la
révolution les cornichons
et les citrouilles soldes
monstres jour fou fou fou

tango romeo oscar uniform

il y a encore le lever et
le coucher du soleil mais
tout est à vendre le pays
les travailleurs à vendre
la panse à vendre le sang
le feu liquidation totale

tango romeo oscar uniform

plus les gens pensent par
eux-mêmes plus semblables
sont leurs idées la masse
s’indifférencie les idées
d’émancipation s’écrasent
au fond du sac l’individu
est roi d’un jour dans la
basse-cour l’esclavage se
partage dans le rire tous
les électeurs remplissent
leur chariot tes révoltes
se sont crashées aplaties
sur le tapis roulant à la
caisse de ton hypermarché
sur la grande surface des
ventes sur le mur malsain
de l’avidité sur la pente
savonneuse du désir feint

tango romeo oscar uniform

il n’y a plus de brochets
dans les fossés du hameau
il y a encore des harengs
dans la mer il n’y a plus
de manifestation ouvrière
ni de procession il n’y a
plus de charrettes à bras

tango romeo oscar uniform

la liberté de penser nous
permet d’avoir une pensée
identique à celle de tout
le monde la liberté forme
l’égalité et tout se vaut

tango romeo oscar uniform

un client c’est sacré une
façon de faire apparaître
le sacré dans le monde de
la consommation l’univers
moderne ô clients de tous
pays unissez-vous laissez
tomber les chaînes et les
bouquets télévisuels tous
les reflets sur le mur de
la caverne de Platon vive
la fraternité à défaut de
l’égalité illusoire sacré
temps sacré espace sacrée
mémoire le sacré possible

il y a encore des volutes
de fumée montant vers les
étoiles il y a encore une
cuillère de confiture sur
la tartine beurrée il y a
encore un peu de fidélité

tout est nouveau toujours
tout est devenu forcément
révolutionnaire logiciels
révolutionnaires fromages
révolutionnaires literies
révolutionnaires pourtant
la mémoire des hommes est
avec la tradition le seul
moyen de résister le seul
outil efficace réellement
révolutionnaire souvenirs
à faire passer la mémoire
est la voie pour devancer
le présent uniforme et se
projeter dans les univers
futurs sans perdre de vue
que le temps est cyclique

il est encore possible de
vivre avec les morts ceux
qui viennent vers nous et
qui nous regardent danser
dans le bocal du commerce

il y a encore la joie les
livres le vent les nuages
il y a encore les briques
d’argile cuite le travail
créateur les sourires les
larmes l’attente paisible

Libellés : , ,

posted by Lucien Suel at 09:32

2 Comments:

Blogger Le Seuil said...

Tout doit disparaître
sauf les mots qui nous y
préparent.
Merci Lucien.

14:53  
Blogger Lucien Suel said...

Merci pour votre commentaire. La parole aura le dernier mot. Amitiés !

18:07  

Publier un commentaire

<< Home