mardi 11 septembre 2012

Marcottes de Jean Moréas

1. Quatrain original (extrait de « L’automne » in Stances)

De l’arbre au profond feuillage,
Des parterres du jardin
La brise tire un langage
D’allégresse et de dédain.
Jean Moréas, Stances.
----------------------------------------------------------------------------------------
2. Extraction de la marcotte par deux coupes transversales dans le corps du quatrain

AU PROFOND
ES DU JARDI
E UN LANGA
ET DE DÉD
----------------------------------------------------------------------------------------------------------
3. Trois nouveaux quatrains à partir de la même marcotte

Naissant au profond du sillon
Les angoisses du jardinier s’évanouissent
A l’air libre comme un langage amoureux
Un bégaiement muet de déduction dialectique


Dans l’eau profonde et boueuse de l’étang
Stagnent les restes du jardin d’Eden
Comme un langage corrompu
Un creux navet de dédouanement démocratique


Le noyau profond
Les racines du jardinier
Laborare orare un langage des Rogations
Un bouquet de dédicaces oubliées
Lucien Suel

Extrait de Poèmes marcottés des quatre saisons, éditions Contre-allées, Montluçon 2005

Libellés : , ,

posted by Lucien Suel at 07:25

2 Comments:

Blogger Cédric said...

joli !

13:22  
Blogger Lucien Suel said...

J'aime les mots de 4 lettres.

17:53  

Enregistrer un commentaire

<< Home