mercredi 23 mai 2007

DOSSIER PELIEU DANS LA NRM

Vient de paraître le n° 19 de La Nouvelle Revue Moderne dans lequel je présente un dossier consacré à Claude Pélieu.
Outre cette présentation personnelle, on y trouvera un entretien de Claude Pélieu & Mary Beach avec Jacqueline Starer (entretien déjà publié sur Silo), un texte d'Arnaud Mirland "Ecrire furtivement. / Pour ne pas laisser de trace /" (ce texte est la préface qu'Arnaud avait écrit pour l'édition du recueil de Claude "Vous aurez raison d'avoir tort" publié et toujours disponible à la Station Underground d'Emerveillement Littéraire), une longue lettre que m'adressa Claude Pélieu en 1977, un collage inédit et la pièce la plus importante du dossier : Eden Express, un long texte inédit que Claude avait confié à Marie-Laure Dagoit lors de son dernier séjour en France.

Le début d' EDEN EXPRESS : L’herbe poussait sur les pare-brise, on fonçait dans la nuit américaine, les dernières frontières, la nouvelle contre-culture effaçait la beat generation, la fin du voyage : San Francisco, et pour d’autres New York , Plastic Inevitable et Chelsea Girls – Nuits bop, R & B, Acid Rock, un adios lointain rêvant les mondes, spontané, cohérent – on pouvait tout faire, tout dire, tout lire sur les pare-brise, sur les écrans – espaces gorgés de pluie, de soleil, de vent, de neige – Surfing USA – avec Joe nous parlons des rues de San Francisco, il y a longtemps, 30 ans déjà, intraduisible nostalgie – Colombus Avenue, Bay Street, cornes de brume, cable cars, tramways, collines, Fisherman’s Wharf, l’Embarcadero, Golden State Park, the Bridge, Japanese Tea Garden – Lombard Street fleurie où un jour Bomkauf s’écria : « Dieu nous a enfin abandonnés ! Tout va pour le mieux ! BOP BE ! »...

Un court extrait (le début) de la lettre de Claude Pélieu :
Mill Valley
California
Sept.77, I2:30 a.m.
Pacific Time
Hiya, Lucien,

Je vais t'envoyer ce que j'ai sous la main... Pour la collection complète des Beach Books, écris à Richard McBride, en Angleterre, il est l'unique distributeur. Ecris-lui de ma part, demande-lui le "bill", et dis-lui de t'envoyer son catalogue (City Lights, New Directions, Kayak, etc), c'est le seul distributeur américain en Europe de l'ouest... Je vais te faire un paquet, en tout cas, de ce que j'ai ici... voici son adresse:
Richard McBride
Old Dean Farm House
Singleborowgn
Milton Keynes, BUCKS MK I7 ORF, UNITED KINGDOM.
Merci de m'envoyer tous ces trucs. J'ai évidemment DANGEROUS VISIONS and AGAIN, DANGEROUS VISIONS.
Ouais, Malzberg et Farmer, oh, et d'autres, sont les seuls écrivains intéressants, avec Ballard et John Brunner... c'est pour ça que j'aimerais voir comment ils ont traduit certaines choses, et de plus il y a des tas d'expressions techniques que nous ne connaissons pas... ça fait presque 20 ans que nous avons fait nos valdingues, et puis en tout nous sommes passés à Paris 3 ou 4 fois, pas plus de 5 jours, et toujours avec des amis anglais et américains... j'ai rendu visite à Hubaut, une fois, et à Jean-Louis Brau, évidemment, un vieux pote... et c'est à peu près tout... à part quelques pouilleux que je ne veux même pas nommer... Hier nous avons déjeuné avec Lawrence Fuckinghetti... nous avons évoqué les bons vieux jours, euh, vous m'suivez, jeune homme ? Eh bien, nous nous demandons si quelque chose s'est passé, vraiment...
On peut se procurer ce numéro en écrivant à Philippe Lemaire (La Nouvelle Revue Moderne, 68 rue du Moulin d'Ascq, 59493 VILLENEUVE D'ASCQ). Prix : 6 euros. Tirage : 120 exemplaires.

Libellés : , , ,

posted by Lucien Suel at 13:59

1 Comments:

Anonymous Gérard said...

Longtemps je n'ai pas entendu parler de Claude Pélieu, out take absolu des lettres françaises ,Pélieu qui dit "Quel déluge!" quelque part et ça me suffit, Pélieu grand sémaphore à métaphore surréalistico beat et plus d'oreille assez affûtée pour goûter son verbe, alors joie, stupéfaction, d'encore ce nom ici!

15:10  

Enregistrer un commentaire

<< Home