jeudi 1 avril 2021

Poème express n° 840

posted by Lucien Suel at 07:29

3 Comments:

Anonymous Anonyme said...

(non mais par exemple,le coup du nino, je ne suis pas sûr - je ne me souviens plus exactement - mais pour les sédatifs, il y a à faire) (il y a un truc au cinéma (en vrai il y a aussi les acteurs qui veulent se mettre à chanter - ou l'inverse comme Jacques Higelin ou Julien Clerc, mais non,ça n'a pas marché pour eux) :le truc c'est l'acteur qui réalise (Ida Lupino, cette merveille par exemple) (il y en a qui réussisse, et c'est tant mieux (ils savent parler à l'oreille des acteurs et des actrices aussi bien - Jeanne Moreau aussi, si on va par là) dans le P/E* du jour, la claque sur la croupe est plus pour un cheval - l'appel téléphonique,je crois me souvenir quand même que oui,quand même (j'ai le camion qui vient,immédiatement - la neige, le bord de la route, le devers vers la rivière...) enfin tout ça pour dire que le film (comme le livre d'ailleurs) est au cordeau - tendu, nerveux, sec et fin délicat et tragique - une histoire d'enfant, une affaire d'accident (le réalisateur c'est le premier rôle aussi, c'est lui qui donne le titre au film, c'est lui joue - la mère est magnifique (Kristin Scott Thomas, majestueuse), la fille extraordinaire (elle a quatorze ans, le rôle est celui d'une enfant, on lui a amputé la jambe - Scarlett Johansonn, formidable aussi) il y a surtout les chevaux - le film prend son public et ne le lâche plus (deux heures et demi, sans souffler respirer ou lâcher) - c'est Robert Redford qui murmure (il était formidable aussi dans le "All is lost" (deux acteurs : lui et son bateau, pas une ligne de dialogue...) (J.C Chandor, 2013) (de toutes les manières c'est l'un des plus grands et des meilleurs acteurs (US mais pas que) de tout l'univers) (un type extra, j'adore - 84 piges) si vous ne l'avez pas vu, vous avez de la chance (allez-y !) (oui enfin, merde !!!) L'Homme qui murmurait à l'oreille des chevaux (Robert Redford, 1998) (roman de Nicholas Evans (c'est un anglais, il est de 1950)

08:12  
Anonymous ste said...

grande croupe c'était déjà ça

08:15  
Blogger Lucien Suel said...

Il y a aussi Charles Laughton (un Anglais) et sa Nuit du chasseur...
Celui qui murmure à leur oreille n'est pas celui qui les achève.
Et bravo les croupiers !

13:28  

Publier un commentaire

<< Home