lundi 8 mars 2021

Poème express n° 833

posted by Lucien Suel at 07:15

2 Comments:

Anonymous ste said...

deuxquelquesdeuxpaspaspersonne

10:31  
Anonymous Anonyme said...

(ce sont juste deux minutes, deux pas, personne)(voilà : exactement personne) (P/E* magique s'il en est) (et Fernando Pessôa d'abord, puis Pessoa ensuite) (mais de cinéma avec lui, je n'en connais pas - je connais son effigie devant le café de la rue Garrett, à Lisbonne : ce n'est pas un mystère) (c'est une ville que j'aime - surtout parce que le Tage la baigne, je crois) (je ne sais pas bien : ce sont des mystères...) c'est Raul Ruiz qui réalise, c'est tiré d'un roman de Camilio Castelo Branco) (assez magique aussi) (il faudrait que je vérifie que le producteur n'est pas un autre Branco, Paulo) (si c'est lui - et je l'aime bien aussi donc il n'y a pas de secret) il y a pas mal de mystère, le père Dinis anciennement on ne sait trop quoi (espion, probablement, inquisiteur sans doute pas) ,le jeune Pedro da Silva (il s'agit d'un roman d'éducation, l'amour, la vie, la mort) (le film dure quand même un peu plus de quatre heures et demi) (c'est par épisode, il y en a six - c'est aussi pour la télévision, mais on s'en fiche un petit peu) (un roman d'aventure, un film un peu aussi) Les Mystères de Lisbone (Raul Ruiz, 2010) (à lire sa Poétique du cinéma, aux éditions Dis voir 1995-2006 qui explique les prises de position (narratives) de ce réalisateur (du) merveilleux) (j'adore)

10:47  

Publier un commentaire

<< Home