mardi 15 septembre 2009

Un poème trouvé par Julien d'Abrigeon

(clic pour agrandir)

Note de l'éditeur : Ce poème vaut surtout pour sa "chute" et donnera raison à certaine personne qui m'écrivait récemment que je savais vendre ma "salade". Notez bien que l'apparition de ce produit en hypermarché est tout à fait saisonnière et n'est que le fruit d'une coopération ponctuelle entre l'épicier et les Cafés Littéraires de Montélimar. Merci à Julien d'Abrigeon.

Libellés : , ,

posted by Lucien Suel at 11:30

6 Comments:

Anonymous Florence Trocmé said...

Formidable de trouver ce livre en supermarché et hommage au jardinier qui cultivait ses salades et ses courgettes et qui se retrouve dans le panier (qui n'est pas le sac de Mauricette) avec le concombre (qui semble avoir posé quelques problèmes à la caissière) et les avocats (du diable).

18:28  
Anonymous Antoine said...

Sourire... Bien vu.

23:14  
Anonymous F said...

pour une telle énumération, et l'art de faire passer les courgettes avant le livre dans l'ordre de saisie, c'est vraiment une intervention textuelle remarquable, action writing, peut-être que le "jardin" est mort, mais pas les jardiniers!

23:17  
Blogger Lucien Suel said...

Le livre à la fin de l'énumération, donc venu du fond du trolley sur le tapis roulant, puis retour au-dessus du panier pour la traversée du parking... Ensuite ?

09:19  
Anonymous Roman Oswald said...

Même idée:http://tableaudechasse.hautetfort.com/archive/2009/08/16/les-courses-des-vacances.html!

11:56  
Blogger Lucien Suel said...

Sans doute, sans doute, cher Roman, mais au Super U de Pornic Centre, le roman (sans majuscule) n'était pas au fond du panier...
Et comme on dit en ces lieux : "Merci de votre visite"

12:08  

Publier un commentaire

<< Home