vendredi 1 juin 2018

Poème express n° 722

posted by Lucien Suel at 07:33

5 Comments:

Anonymous Anonyme said...

(hommage à la palme d'or pour faits de cinéma obtenue cette année par le "solitaire de Rolle" je pense)(l'abstraction du dialogue indique la marche à suivre) ("silence j'écris!" crie Ferdinand) (tandis que l'autre, Marianne, s'ingénie les pieds dans l'eau à répéter "qu'est-ce que je peux faire j'sais pas quoi faire") (on trouvera aussi le regretté Raymond Devos qui nous chantera "est-ce que vous m"aimez ?" en passant sa main droite sur sa main gauche comme ça) (comme ça justement) (ça, eh oui, ne nous rajeunit pas - ou alors si)(et of course la définition du cinéma par le vieux Sam Fuller - jl'adore toujours lui, comme ma grand-mère) (pépite) (magnifique) (Ferdinand c'est Bébel, Marianne Anna Karina, le tout mis en images (Raoul Coutard) sons et scène par Jean Luc Godard) (Pierrot le fou, 1965)

08:44  
Anonymous ste said...

C'est très joli de faire allons-y

13:48  
Anonymous ste said...

Cher PCH,
M'autorisez-vous à vous proposer une unique permutation : à vous le laconique, à moi le prolixe?
J'ai en effet peur que Monsieur Suel ne vous pense pas assez hardi pour oser le lapidaire.
Tout le meilleur pour vos parties constitutives, en particulier à votre dextre que j'aimerais avoir l'honneur de serrer,
ste

18:06  
Blogger PCH said...

ste écoutez je ne vois pas les choses ainsi, je ne veux pas non plus vous blesser ni accorder à ces commentaires une importance trop grande mais n'importe, je décline votre invitation - je fais les choses comme elles me viennent, je ne suis pas un être si sociable et j'ai une méfiance extrêmement vive vis à vis des "nouveaux médias" comme on les nomme... Libre à vous, évidemment, de poser quelque commentaire que vous désirez dans les limites fixées par Lucien.
Avec mes excuses pour n'être pas bon camarade (mais tant pis pour moi).

04:49  
Anonymous ste said...

Ah mais superbe réponse pétrie de franchise et de caractère, je vous laisse donc l'espace et les parenthèses, à bientôt en chassé-croisé

13:06  

Publier un commentaire

<< Home