mardi 14 mai 2013

Sombre Ducasse (version justifiée) 31

o path of sweet permanency le clavier
j'appuie sur le timbre de l'enveloppe
sur le poussoir d'arrêt du téléviseur
sur la touche lecture du magnétophone
le bout du pouce pour faire perler la
gouttelette de sang j'ai trois images
grillées d'ongles sur les yeux jongle
avec le porte-jarretelles de la morte

j'ai eu une conversation téléphonique
avec Claude Pélieu ne me souviens pas
de ce qu'on disait non je me rappelle
uniquement le son de sa voix il n'y a
pas d'abandonné au numéro demandé les
parasites grignotent les lignes je ne
m'attendris pas sur la médiocrité des
relations humaines gelées raidies sur
la banquise mes larmes ne feront plus
de trous dans la neige don't eat that
yellow snow le capitaine s'accoude au
bastingage & gueule une dernière fois
BOLLOCKS avant de vomir une giclée de
salive noire sur les vagues grises de
l'antarctique sous l'ampoule morne du
scialytique le chirurgien suel ânonne
d'une voix éteinte colle stylo cutter
ciseaux micro on off underwood gutter
oiseaux folle sirop silo underpant le
clic le clac clic clac & l'infirmière
en lamé d'or lui passe sa main gantée
entre les cuisses et lui demande rien
à déclarer je n'ai pas besoin de lire
tous les traités d'astronomie pour me
souvenir du big bang je le capte dans
les fibres de mes muscles la courbure
de mes ongles je le découvre dans les
mèches de mes cheveux la dureté de ma
dentition ce script n'a pas été écrit
pour moi ceci n'est jamais arrivé n'a
pas été vécu & le ministre de l'amour
n'a pas diffusé cette note de service

Libellés : , , ,

posted by Lucien Suel at 07:37

2 Comments:

Anonymous Guillaume Vissac said...

Merci beaucoup pour ce Sombre Ducasse 31, Lucien, c'est un morceau vraiment superbe, à relire chaque matin...

19:38  
Blogger Lucien Suel said...

Très touché, merci.

09:22  

Publier un commentaire

<< Home