mardi 2 avril 2013

Sombre Ducasse (version justifiée) 25

attention tu exagères comme la gamine
je suis né le 17 décembre 1948 chemin
faisant chemin faisant une +croix une
machine à écrire un gadget tout a des
hauts & des bas remontez les culottes

mots qui me martyrisent on the routes
jaunes agents des gouvernements-zéros
dans leur mégaphone d'alcoolique dans
les déserts d'étrons fumants metteurs
en scène déments cravache color fouet
climax hard-core encore encore encore
encore crazy lady feu dans les fesses
dans la cuite les cuisses salive dans
le cul personne en coulisses excisant
les chancres gris du pouvoir souffles
brûlant sur la peau du monde étreinte
perçant vos viscères immondes langues
longues taule saillie longue taule la
langue taule saillie taule saillie la
longue taule saillie saillie la taule
longue longue taule saillie la longue
taule saillie la saillie longue taule

Libellés : , , ,

posted by Lucien Suel at 07:10

2 Comments:

Anonymous Strofka said...

¤

La paradoxe des vers justifiés étant d'être prosaïques au possible.

@37car en écho.
( @38car - le . )

17:32  
Blogger Lucien Suel said...

Comme les vers libres paradoxalement.

17:34  

Publier un commentaire

<< Home