vendredi 23 décembre 2011

Coxyde

Chapelet, un voyage en vers justifiés de Knokke-Le-Zoute à La Panne

8

Coxyde

mur de
colère
sonore

tribus


remous

de ses
fesses

renvoi

aqueux
éructé
bulles
qui se
lèvent
de ces
fanges
denses

tomber


soleil

sur la
mer où
la vie
tangue
au ras
du gaz

pilote

exalté
l'ange
du sel
fortes
gifles
garder
un bon
déchet

faveur

féroce
pivots
disque
du nom
vaches
fumier
cochon
pourri
glande
ventre

le sac

ouvert
prison
la vie
petite
à mort
aimant
femmes
frêles

angine

bovine
il est
adulte
maigre
pauvre
soldat

colons

corons
l'idée
retour
morose
accord
toubib
nurses
hardes
salons
cheveu
au sec

tel un

gosier
cireux
l'oeil
ouvert
noirci

Libellés : , , ,

posted by Lucien Suel at 12:10

3 Comments:

Anonymous Dominique Hasselmann said...

Colonne de sel, lèvres assoiffées.

13:49  
Blogger FrançoiseL. said...

Et pourtant Coxyde fut un jour la plus riante de ces villes.
Merci pour ce voyage

09:23  
Blogger Lucien Suel said...

Merci à vous deux pour la visite et les commentaires. La tonalité générale tient au fait que ces poèmes furent écrits après une descente de toute la côte par un hiver rigoureux...
La visite n'est pas tout à fait terminée. Il nous faut encore passer par St Idesbald (où vivait le merveilleux peintre Paul Delvaux) et arriver à La Panne, fin du voyage la semaine prochaine.

09:29  

Publier un commentaire

<< Home