vendredi 7 septembre 2018

Poème express n° 733

posted by Lucien Suel at 07:57

3 Comments:

Anonymous ste said...

En tout dedans

09:22  
Anonymous Anonyme said...

deux voies possibles (on ne sait pas exactement laquelle préférer) (les deux ont leurs qualités) l'une japonaise, l'autre étazunienne - une troupe de mauvais garçons devient une équipe de sauveurs, c'est beau, il y a de la rédemption, des bagarres à n'en plus finir (les scènes de combat au sabre dans la version japonaise (1954) sont une vraie merveilles) (les scènes d'attente des vrais méchants dans le western (1960) sont aussi tendues) mais ce qui unit les deux versions, c'est la musique : magnifique dans la version Samouraïs (Fumio Hayasaka qui a fait la plupart de celle des films de Akira Kurosawa : collaboration ici aussi puissante), inoubliable dans la mercenaires (Elmer Bernstein, une oeuvre de cinéma longue comme le bras : mais celle-ci, formidable - collabore aussi avec Sturgess, mais aussi avec John Landis ou pour nombre de block busters SOS fantômes, ou Y a-t-il un pilote dans l'avion ? grosses machines, certes) (l'union fait la force : le pouvoir de l'argent, le code de l'honneur, la défense de la veuve et de l'orphelin - et peut-être bien le repos du guerrier - tout le kit...) Les 7 samouraîs (Akira Kurosawa, 1954) (un Toshiro Mifune au faîte de sa gloire) et les 7 mercenaires (John Sturgess, 1960) et ses stars (Yul Brynner, Charles Bronson Steve McQueen entre autres...)

09:52  
Blogger Lucien Suel said...

Bravo ! Samouraï ou mercenaire (de la guerre) j'aime les deux voies. Quatorze héros !

17:51  

Publier un commentaire

<< Home