jeudi 5 janvier 2012

Les coups (1)

"Les Coups" est un poème ready-made mystérieux obtenu en mixant deux œuvres, l'une intégrale, l'autre partielle. Les judicieux lecteurs du Silo vont facilement découvrir d'où proviennent ces fragments recomposés.

à Georges R. & à Stéphane M.

I

— Mille sabords ! Quelle chaleur ! Cette blancheur rigide dérisoire en opposition au ciel !

— En effet, je crois qu'il y a de l'orage dans l'air... Ce doit être le Septentrion aussi Nord, une constellation froide d'oubli et de désuétude pas tant qu'elle n'énumère sur quelque surface vacante et supérieure le heurt successif sidéralement d'un compte total en formation.

TOC TOC TOC (Hésite.)

— Entrez. (Clapotis quelconque comme pour disperser l'acte vide abruptement.)

— Ah ! vous êtes là, monsieur le professeur !... Legs en la disparition. Voici les visiteurs annoncés, à quelqu'un ambigu...

— Bonjour, Hippolyte. Un naufrage, cela envahit, le chef coule en barbe soumise.

— Tournesol ! Comme si, comme si...

— Ce cher bon vieux Tournesol ! Naguères par hors l'intérêt quant à lui signalé, en général selon telle obliquité, par telle déclivité de feux vers...

— Mon cher Hippolyte, je me suis permis de t'amener deux de mes amis... fiançailles dont le voile d'illusion rejailli leur hantise ainsi, trop pour ne pas marquer exigüment quiconque...

— Messieurs, soyez les bienvenus ! Que le lieu inférieur qui sinon par son mensonge eût fondé la perdition dans ces parages du vague en quoi toute réalité se dissout !

— Je te présente monsieur Haddock, capitaine au long cours. Jadis il empoignait la barre.

— Enchanté, prince amer de l'écueil, capitaine né d'un ébat, la mer par l'aïeul tentant ou l'aïeul contre la mer.

— Et voici mon jeune ami Tintin, le reporter bien connu, excepté à l'altitude peut-être aussi loin qu'un endroit fusionne avec au-delà.

— Enchanté, comme de l'héroïque irrésistible mais contenu par sa petite raison virile en foudre soucieux expiatoire et pubère muet.

— Tonnerre ! Quelle poigne ! Ancestralement à n'ouvrir pas la main crispée par-delà l'inutile tête.
à suivre...

Libellés : , ,

posted by Lucien Suel at 09:40

3 Comments:

Blogger strofka said...

abracadabrac isocele


corriger ses erreurs
redémarrer plus tard
attacher sa ceinture

jamais un coup de dé
n'abolira le hasard.

18:32  
Blogger Lucien Suel said...

Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

17:48  
Blogger Lucien Suel said...

Un coup impeccable, imparable, isocèle. Merci.

17:49  

Publier un commentaire

<< Home