samedi 31 août 2013

Le Train de Tarkos 49

Christophe Tarkos

Le Train (49)

Un train passe comme

Je ne suis pas en analgésique. Je suis indemne. Je ne m'endors pas, je n'ai pas endormi, je ne me suis pas indemnisé, de quoi me serais-je indemnisé, je suis indemne, je ne vois pas, je ne sais pas, je n'ai pas tout entendu, je ne suis pas amnésique, je ne m'amnistie pas. J'annule. Je ne m'endoloris, je veux bien moudre. Il n'y a qu'à moudre.

Le train tranquillement croise des clôtures

Qu'à cela ne tienne. J'ai de quoi me tenir, je sais comment, je me tiens naturellement, le plus naturellement du monde, c'est exprès, je ne me serais pas tenu si je n'avais pu me tenir naturellement aux machins, à ceux qui se trouvent là, à quoi je me tiens.
Le petit train transporte un petit train de part en part

Libellés : ,

posted by Lucien Suel at 08:14

2 Comments:

Anonymous fgriot said...

merci pour ce train cher Lucien

15:37  
Blogger Lucien Suel said...

Je t'en prie, cher Fred. Encore une vingtaine de passages ici chaque samedi jusqu'à l'apothéose finale... en janvier 2014

15:57  

Publier un commentaire

<< Home