jeudi 23 mai 2013

Alain Jégou, poète (1948-2013)

J'ai découvert la poésie d'Alain Jégou en 1978, avec son recueil La suie-robe des sentiers suicidaires. La même année, je l'ai invité à participer au numéro 9/10 spécial franco-faune de Starscrewer.
Voici le poème qu'il m'a envoyé (fac-similé de la page de la revue et retranscription) :


rivages verrouillés
autarcie des mangues
l'aube cadenassée au sourire de matchiche
le corps inhume l'espoir
des gamberges friables au ventre
l'être hurle avec les derniers loups
mutants aux gueules d'arbalète hépatique
le ciel a sa voix blanche d'inutile
en cloque de l'ange froid
il claque des miches et
suie-son cœur aux traits de méduse
décharge d’ennui dans les labyrinthes du cerveau
l'être mélancolique baveux est né
d'une conscience de merde
puissance de merde
dirigeants de merde
fils d'une culotte volcanique au regard intensément visqueux
fils de pute au visage obscène
entre des pompes astiquées et sa gueule de témoin
à charge
un flic qui a cessé de somnoler
écran brouillé
plaisir militarisé
angoisse aux tripes
animaux
tristes animaux de cirque
automates aux lèvres respiratoires
mots liquides dans le circuit fermé des larmes
rêve posthume
l'aube s'est couchée sur le corps froid
du dernier chat de gouttière

(poème extrait de "tendresse gominée de la réalité")

Jacques Josse a publié  un émouvant hommage à Alain Jégou sur le site Remue-net.
Lire aussi sur son propre blog : Une meurtrière dans l'éternité.

Libellés : , , ,

posted by Lucien Suel at 08:00

1 Comments:

Blogger Médiathèque de Quimperlé said...

Merci pour cet hommage.

09:15  

Publier un commentaire

<< Home