jeudi 23 décembre 2010

Amour rouche

Amour rouche

I a pon vingt minutes, j’étos cor din tes bras. Té m’serros cont’ et’ lonque casaque grisse. Té m’serros cont’ tin cœur. T’avos tes mains qui tran-nottent, tell’mint qu’t’étos énervé. Té les faijos glicher amoureus’mint su’m’nétiquette. Tout duch’mint, té dos y z’armontottent l’long d’min cou, in plotant min co-ier d’étoiles. Min coeur y faijot douc douc.
Et pi to d’in co, té m’avos fait du mau, t’avos déquiré m’protection. Té m’avos décapsulée. Té m’soul’vos. Té m’forchos à m’pincher su ti comme pour enne baisse à bouquette. Té loupes y s’arfremottent su mi. T’bouque al m’avalot. T’naleine, al sintot tell’mint fort, qu’j’n’étos asphyxiée. Min fluite vital, min sang rouche et co, i coulot su t’linque, i roulot din t’gorche, i s’intiquot din t’nosophache d’soulaud.
Mi, j’étos excitée, in mêm’ timps j’avos du plaisi et pi in tchot peu la troule. Mais té baisses, i m’éblouichottent.
Mes dernières gouttes i s’sauvottent. Après, té m’as détiquée de t’bouque. T’as reupé comme in dal. Té m’as allotée et pi té m’as fait tourner comme enne toupie au bout d’tin bras.
Et pi vla, té m’avos jechtée.
As’teur, j’étos rallongée din ch’l’herpe, au mitan d’tout’ sort’ ed salopries. J’nétos honteusse ; i avot des capsules tordues ed boutelles, du brin d’tchien, des groches, des canettes ed bière vites, des drôles ed’ tchots paquets d’plastique qu’in arot dit qui zétottent pleins d’glaire.
J’étos là, au mitan d’tout ch’fien, abandonnée comme in jonne qui a pu ses parints. J’en-n’éto sûre, in d’ches jours, in ouvrier del’mairie i m’ ramass’rot, i m’mettrot avec ez’auttes. In s’rot tertous in-m’nées à ch’cint’ d’arcyclage. Et là, ch’savot quoi qui m’attendot. J’allos armourir cor in co ; j’allos éclater in tchots morciaux su ches murs in féralle.
Mais toudis, in attindant d’m’artreuver infremée din ch’grand cont’ner peinturé in vert, j’avos pu querr’ d’rêver, d’m’arnaller din l’souvenir d’cht’homme-là, ch’biau garchon qui avot tell’mint soif d’amour. Je m’rapplos ed tout cha qui s’avot passé, commint qu’cha avot k’minché, just’ avant qu’on s’seuche imbrassé comme des perdus, comme d’zamoureux.

A ch’momint-là, j’m’innuyos din chés étagères dech’supermarché d’Iberque. Em’ voisine, ch’étot enne Grecque, all’ étot vénue ed Samos in batcho et pi in camion. All’ faijot des manières, avec ess’ rope trinsparente et pleine ed fantaisies, all’ faijot l’ fier-cul avec es’ couleur dorée. Au parfond d’mi, ech pinso qu’ch’étot enne racoleusse, enne vraie garce.
Et pi, ch’t’après-midi-là, in t’a vu arriver din ch’magasin. T’avinchos din nou allée in traînant tes pieds din tes pantouffes. Té n’avot pon d’cariot. Té t’as arrêté juste ed’vant nou plache. T’étot costaud, rablé. Té sinto l’sueur.
Mi, in t’ravisant, ch’su tout d’suite queue amoureusse ed’ti. Ech trannos su m’nétagère. Ech berloquos. Ch’cliquos. T’avos arlévé t’tête ; té nous arluquos avec tes biaux gros zius bleus pleins d’tiotes veines rouches. Et mi j’ravisos tin nez qui luijot, qui bourgeonnot comme si qu’ch’étot l’printemps. In voyot à tes louppes qu’té savot tuter et qu’t’avo gramint invie d’nous.
Adon t’as allongé tes bras et té nous as prinds tous les deux, chelle Grecque et pi mi. T’as ravisé pindant longtimps nou étiquettes. Et pi, ché mi qu’t’avos cusie. Ché mi qu’t’avos acatée. L’autte là, chelle blonte, qu’alle vénot d’Samos, tél-l’avot armis sus s’nétagère, té l’avot laichée arquerre à s’plache.
Pour faire guinsse, t’avot pu querr’ de-m’prinde mi. T’étos pon in bêtt ; té l’savot qu’j’jétos bélotte, qu’j’avos pluss ed capacité et pi que j’coutos moins quer. Et surtout, qu’j’étos rimplie d’vrai amour rouche pour chés zommes, qu’chéto pon du douche, dell’ goutt’ d’femme. J’allos ett el’reine ed tin cœur et pi d’tes veines. Ché mi qui s’ros l’vélours de t’panche.
J’y arpinse là in ch’momint, qu’ch’su vidiée, qu’ch’su t’heureusse et pi malheureusse. Ch’pinse à tout s’qui étot mi et pi qui est as’teur din ti, din tin vinte, din tin sang. Ch’pinse aussi à chelle-là, qu’all’ est restée débousée din ch’magasin au mitan d’ches rayonnaches. Al’ dout bisquer. Sûr’mint, al’ va finir par créver d’jalouss’té.

Traduction de l’auteur

Libellés : , ,

posted by Lucien Suel at 09:51

1 Comments:

Blogger jean-claude said...

Bonsoir
Pour "mi pon " besoin de traducteur
pour comprendre la triste histoire de la "canette " de biére
Bravo pour ce texte.
Achteur raviserai d'un autre oeil le rayon des spiritueux

17:19  

Publier un commentaire

<< Home