vendredi 8 juillet 2011

Poème express commenté


[...] Contrairement au collage, le travail de ready-writing des poèmes express de Lucien Suel, se construit non pas par synthèse, mais biffures d’un texte pré-existant (par exemple des pages issues de la Collection Harlequin). Le questionnement du sens est opéré tout autrement. Si dans le collage, c’est la totalité d’une logique d’époque qui peut être interrogée grâce à la composition, ici c’est plutôt l’unité spatiale du sens qui est mise en perspective. On passe d’une approche macroscopique à une approche microscopique. Autrement dit : par le travail sur le signifiant, matériellement présent, par son altération par le feutre, c’est directement le texte utilisé comme support qui est mis en question. Le collage crée du sens par collusion, le poème express crée du sens par effacement. Il fait apparaître ce qui a lieu dans un texte mais qui est caché du fait de la visibilité du texte lui-même. Biffant des mots, il crée une nouvelle série. Le poème express fait apparaître la virtualité d’un autre texte dans le texte. Il déplie les sens possibles. Il introduit une forme de vitalité dans le texte qui n’y était plus, qui d’ailleurs ne pouvait plus y être au vu de l’unité choisie : la page, le fragment. D’un point de vue critique, cette approche de Lucien Suel dévoile que dans toute forme de texte, il est possible de trouver d’autres formulations. De là, en réaffectant une dynamique à une page de roman populaire comme c’est le cas avec Harlequin, il met en critique la distinction de langue riche et de langue populaire, en montrant qu’il est possible, dans l’œuvre présentée d’ouvrir d’autres formes d’horizon littéraire. [...]
Extrait d'un article de Philippe Boisnard sur le site Libr-critique. Pour lire l'intégralité de ce texte : cliquer.

Libellés : , , , ,

posted by Lucien Suel at 18:32

4 Comments:

Anonymous mel13 said...

Magnifique... En reste coite... Bravo!

12:28  
Blogger Lucien Suel said...

Merci pour ce commentaire express.

15:29  
Blogger strofka said...

Caviardages de Jean-Bernard Thomas sur sa Planète des Signes en éch☼.

22:43  
Blogger Lucien Suel said...

Merci pour le lien vers les caviardages vénérables. Délicieux.

18:22  

Publier un commentaire

<< Home