jeudi 15 avril 2021

Poème Express n° 844

posted by Lucien Suel at 07:58

2 Comments:

Anonymous Anonyme said...

ce qui ne fait aucun doute, c'est qu'il s'agit de Liz Taylor - et ses yeux mauves et ses boucles brunes (après c'est plus compliqué parce que ça pourrait aussi suggérer Simone Signoret, mais dans l'Armée des Ombres (Jean-Pierre Melville, 1969) or il est au P/E*752) (ou Micheline Presles dans L'Amour d'une femme (Jean Grémillon, 1953) (sublime) - exactement le "fais ce qui est juste" - mais c'est le "menottée" qui ne va pas) (et surtout c'est d'abord Liz) or donc ça dure plus de trois heures (ce n'est pas qu'on s'ennuie remarque, mais enfin pas loin...- je ne sais ce qui me fait penser à une concurrence avec "Autant en emporte le vent" (Victor Fleming,1939) - brunette ainsi que Scarlett O'Hara (ah Vivien Leigh...) - non, définitivement c'est elle dans le rôle de Leslie, c'est Rock Hudson dans celui de Bick (son mari, un héros beau comme un dieu) (pratiquement) - c'est une affaire qui se passe au Texas, le sud profond et raciste en diable - on se bat pour le pétrole fatalement (le parvenu qui interprète le rôle du méchant (James Dean) avait un peu de difficultés à jouer (avec le réalisateur, et avec la star Rock - mais copain comme tout avec Liz paraît-il)- on s'en fout, sans doute, mais dès la fin du tournage, il ira flanquer son cabriolet dans une voiture qui lui coupe la route et en mourra - 24 piges, quel gâchis) - on y voit aussi Dennis Hopper - on appelle ça une saga, l'histoire de cette famille-là (les Benedict) et le pauvre type qui devient riche (et mauvais (Jett/Jimmy Dean)) - pas policier pour un clou, mais la vengeance, les pleurs (vraiment trop long) oui (son titre aurait voulu le qualifier - comme le budget (ou le générique,long comme le bras) (produit par le réalisateur aussi) mais non) (Oscar 57 quand même du meilleur réalisateur - pas certain que ce soit tellement légitime) Géant (Georges Stevens, 1956)

14:12  
Anonymous ste said...

juste vivre

14:46  

Publier un commentaire

<< Home