lundi 8 février 2021

Poème express n° 826

posted by Lucien Suel at 07:25

3 Comments:

Anonymous ste said...

poex n°

11:47  
Anonymous Anonyme said...

(on nous a changé le standard ou quoi ?) (je parle de la numérotation graphique des P/E*) (je m'égare : on parle ciné) (d'accord mais pas que) (attention : chef d'œuvre) je suis embêté avec ce garçon-là (c'est un peu comme avec Truffaut ou Tati, on pourra me dire ce qu'on voudra, je ne parviens pas à leur trouver de qualité - et comme sur ce plan-là (je veux dire la critique) je suis d'assez (facilement) mauvaise foi, ça va être difficile de me faire entendre que j'ai tort - alors n'essaye pas steuplé) mais là, impossible de ne pas voir, et indiscutablement il faut le mentionner, un des films les plus achevés du cinéma (français, mais mondial) (le réalisateur s'est tiré une décharge de carabine dans le cœur je crois bien (5/11/1981), si je me souviens, ce qui tendrait à accréditer la thèse d'un manque de goût pour la vie : ce manque-là, je ne le comprends pas) (je ne suis pas non plus boiteux à vie, c'est vrai) (il a commis, ensuite, un autre film impossible à regarder tellement il est pervers, ça se nomme "une sale histoire" (1977) qui va dans le même registre des turpitudes humaines, notamment masculines) (quelques années avant, la Rosière de Pessac (1968) était pourtant une vraie réussite) tout ça a quelque chose à voir avec aujourd'hui (le poème est tellement parfait : on n'en croit pas ses yeux) il s'agit d'une histoire triangulaire, deux femmes et un homme (misogyne en diable - il faudrait le revoir, à l'aune de l'intersectionnalité) (je vais essayer jte dirai) le choix est mince, en effet (le titre l'indique) mais les actrices sont formidables (Marie et Véronika) l'acteur est assez faux, mais c'est sa juste qualité (Alexandre) (elles, ce sont Françoise Lebrun et Bernadette Lafont, magiques - lui, Jean-Pierre Léaud, falot) (non, mais par exemple dans les Kaurismaki je l'aime bien lui) ça dure quand même près de quatre heures, ça a été primé à Cannes en 1973 (image Pierre Lhomme) enfin il y en aurait (encore) (beaucoup) à dire mais j'arrête (pour la deuxième moitié du siècle dernier c'est peut-être bien un phare, un peu comme Apocalypse Now (FF Coppola, 1979) ou le 2001 de Stanley(1968)) (le type même du film français, trois personnages, une chambre et emballez) mais c'est une merveille - La maman et la putain (Jean Eustache, 1973)(le mieux c'est de le voir : on le peut, sur internet, sans autre forme de procès)

12:12  
Blogger Lucien Suel said...

Juste une phrase à propos de la numérotation. Ce poème a été créé en janvier 2016 pour présenter mes vœux aux abonnés de mon compte tw ; et je lui ai accolé le n°2016 ; mais comme la série s'arrête au n° 1OOO, je l'ai réintégré dans le tronc commun avec un nouveau n° via le logiciel primitif Paint.
Sinon tu donnes envie de voir ou revoir cet ultime film de Jean Eustache.

09:37  

Publier un commentaire

<< Home